Jump to content

Et Vous, Vous Lisez Quoi En Ce Moment?


Prankster

Recommended Posts

Hello,

Il y a 6 mois, j'ai découvert une nouvelle auteure de SF Martha Wells et plus particulièrement "Journal d'un AssaSynth" éditions L'Atalante et dont je lis actuellement le 5ème tome de cette série : Effet de Réseau.

Si les 4 précédents volumes étaient vite lus, car originaux, prenants et aussi concis (120 pages en moyenne), ce 5ème volume est un pavé genre 400 pages.

Le narrateur est, certes, un androïde mais un androïde plutôt atypique puisqu'il pense par lui-même, aime voir en boucle les même séries télé débiles, considère la plupart des humains comme des abrutis finis, hormis ceux dont il doit prendre soin (encore que...).

Sa fonction première : assurer la survie des équipages dont il a la responsabilité. Et il est redoutablement doué pour neutraliser toute cible hostile qui aurait la funeste idée de vouloir s'interposer. un comportement déviant mais néanmoins  fidèle à la sacro-sainte loi d'Asimov qui reste l'unique crédo engrammé dans ses circuits neuronaux.

L'écriture de Marta Wells est un délicieux mix d'humour ironique et d'émotions intenses, où elle a su mettre en scène les prises de têtes liées au bug de notre AssaSynth : celui d'être finalement empêtré dans l'exercice du libre arbitre. Une forme de défaillance système qui le rends si attachant !

Perso, c'est assez jouissif à se laisser emporter dans cet univers déjanté.

PascalC.

 

1491231835_JournaldunAssaSynth5EffetdeReseau.jpg.204d3974bf1c92b8610f5eeb19182bb7.jpg

Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, RobTheMob a dit :

De mon côté je viens de terminer 

400718a2b51bf43de287e8891cc79405.jpg

Une espèce de Comte de Monte-Cristo sous (a)stéroïdes, ultra-rythmé, violent, parfois complètement psychédélique avec un personnage principal ultra-vénère. Beaucoup d'éléments m'ont fait penser à la Caste des Méta-Barons. Bref c'est plutôt cool, quoiqu'assez particulier. Difficile de croire qu'il a été publié en 1956 :goute:

J’ai entendu parlé de cet auteur, mais je ne me suis pas encore penché sur ses œuvres...tu m’as donné envie de le lire du coup !

Pour ma part entre deux livres de SF je me lis un petit bouquin de Terry Pratchett: de la fantaisie humoristique anglaise. Ça se dévore facilement et je me suis tapé plus d’une barre en le lisant !

BDF44919-E046-48DB-ACA9-449A3831A115.png

Link to comment
Share on other sites

Je viens de finir "Madame Pylinska et le secret de Chopin" d'Eric-Emmanuel Schmitt ,

petite nouvelle de 90 pages , ou comment une vielle dame Polonaise apprend à jouer du piano à un jeune étudiant.

Excellent.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, jowan a dit :

J’ai entendu parlé de cet auteur, mais je ne me suis pas encore penché sur ses œuvres...tu m’as donné envie de le lire du coup !

Hello Jowan,

Je viens de parcourir les 10 dernières pages de ce topic... plein de choses très interessantes ont été partagées autour de la langue française et de ses particularités et pas seulement les bouquins sur lesquels on voyage.

Mais je reviens à la série AssaSynth (spoiler Ass a Synth :lol:), c'est peut-être un détail mais la traduction Anglais - Français proposée par Mathilde Montier est tout bonnement excellente. On sent une sincère adhésion au défit d'écriture de l'auteur pour les jeux de mots, le jargon Geek et les formules ambiguës . Bref, on est bien loin d'une trad logicielle retouchée. Ah ! ces métiers de l'ombre sans qui rien ne serait vraiment tel qu'on le connait et l'apprécie...

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 24/01/2021 à 14:20, P.net a dit :

Un autre classique La peau de Chagrin de Balzac. Connu pour sa capacité à la digression, plusieurs pages pour décrire une poignée de porte, La peau de chagrin n'y échappe donc pas... Même si le style est savoureux avec des observations drôles, cyniques ou engagées qui feraient hurler de nos jours, bah c'est un peu trop. L'histoire semble vraiment bien partie (je connaissais le titre, mais je n'avais aucune idée de ce que j'allais lire), mais arrivera t'elle à décoller?

Bon bah, c'est excellent ! Ce gars est un orfèvre !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Quelle chance ! Mes parents en ont aussi, mais pas tous. Je me suis limité aux Hors-Série et c'est vraiment une bouffée d'air frais. Un copain m'avait prêté Les Vacances de Berurier, parce que je m'em*erdais à faire l'étudiant-planton dans un musée... J'ai passé toute ma journée à dévorer le bouquin et j'ai fini par éclaté de rire sur ma chaise, fou-rire impossible à calmer... La copine de la salle a commencé à baliser un peu (interdiction de lire normalement, ou à condition d'être discret) puis elle a commencer à se marrer aussi. Heureusement, il y a avait peu de monde ce jour là, enfin je crois... Une journée mémorable de job étudiant. Vive la lecture et l'évasion !

Edited by P.net
  • +1 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

— Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?

— Je n’ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.

— Tes amis ?

— Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.

— Ta patrie ?

— J’ignore sous quelle latitude elle est située.

— La beauté ?

— Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.

— L’or ?

— Je le hais comme vous haïssez Dieu.

— Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

— J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… les merveilleux nuages !

  • +1 1
Link to comment
Share on other sites

Je suis en plein dans «  les amants  d’Herouville » de  Le Quellec et Ronzeau. 

Une tres chouette bio de Michel Magne, compositeur et créateur des studios d’Herouville qui ont connu un immense succès dans les années 70. On y voit passer Bowie, Grateful Dead (en concert de 6h devant les gens du  patelin, avec le préfet et le chef des gendarmes dans la piscine sous LSD!), Johnny, Eddy Mitchell, T Rex, Elton John et j’en passe! Certains monuments de la musique ont été enregistrés là !

La partie dessinée se concentre sur le château,les studios et la vie après la saisie du domaine et on a droit à des pages de textes illustrés sur le reste de la vie de Magne. Son enfance, ses débuts de compositeur/musicien, sa grande amitié avec Sagan,son voyage aux États Unis et sa découverte du jazz, ses rencontres avec Vian, Jean Yanne, Ventura, Salvador...  Je connaissais le personnage par ses musiques de films (notamment un singe en hiver ou les tontons flingueurs) mais j’ai découvert une vie de dingue entièrement vouée à la musique et un homme complètement barré. Avec en prime à la fin, une liste de ce qui a été enregistré au château, des photos de Magne et de la visite de sa femme 40 ans après son départ des lieux. Drôle, émouvant, plein de références, c’est mon coup de cœur de ce début d’année (bon, avec Rusty Brown de Chris Ware, mais c’est une lecture qui se « mérite » plus...)!

https://www.planetebd.com/bd/delcourt/les-amants-d-herouville/-/43551.html

Link to comment
Share on other sites

Bon je viens juste de (re-)finir le cycle de Dune, et je me suis rendu compte que je n'avais pas lu le 6e et dernier tome. Et bien finalement c'était pas plus mal, j'ai trouvé cette conclusion du cycle assez creuse et plutôt dispensable pour ma part.

 

Maintenant je vais attaquer la trilogie: Le problème à trois corps de Liu Cixin (premier chinois à recevoir le prix Victor Hugo).

   
  • +1 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, Karmacoma a dit :

Bon je viens juste de (re-)finir le cycle de Dune, et je me suis rendu compte que je n'avais pas lu le 6e et dernier tome. Et bien finalement c'était pas plus mal, j'ai trouvé cette conclusion du cycle assez creuse et plutôt dispensable pour ma part.

 

Maintenant je vais attaquer la trilogie: Le problème à trois corps de Liu Cixin (premier chinois à recevoir le prix Victor Hugo).

   

Très bon Liu Cixin.

Dune, Dune...j'ai le tome 1 qui est dans un carton depuis 20 ans. Faudrait que je l'ouvre mais rien que voir sa couverture, je vois Kyle MacLachlan et son armure de cubes, sting en slibbard.

On m'a filé un bouquin, je ne savais pas à quoi m'attendre : 

Gagner la guerre de Jean-phi Jaworski...énorme, pourtant le héro s'appelle Benvenuto Gesufal. Je me disais aie aie encore un truc où je vais avoir du mal à mémoriser le nom des personnages , un peu crade sur le détail des blessures mais c'est frais (ah ba comme dans Liu Cixin ... Yo win cho, Liu Ya chi, Zi ka Wo...butin c'est qui, la fille ou la grand père).

 

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Ah le film de Lynch, c'est particulier :D

Les premiers tomes tu peux te lancer sans trop de soucis, c'est daté et un peu particulier mais franchement ça reste un gros classique et de la très bonne SF!

 

J'appréhende un peu les noms des personnages avec Liu Cixin, mais ça doit pas être pire que certains auteurs nordiques (j'avais lu un bouquin islandais avec des noms imprononçables ...)

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Pour ma part, je viens de lire en coup de vent ceci :

couv28011904.jpg

Intéressant de voir comment des scientifiques peuvent décortiquer un film de SF qui a bien marqué nombre de spectateurs. Et en prime une petite analyse de l'art de HR Giger...

 

Maintenant, c'est Le Samouraï Virtuel de Neal Stepheson

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

J'attaque L'homme imaginant d'Henri Laborit.... Bah c'est tout, je n'ai aucune idée de ce que je suis en train de lire. Une sorte de Mulholland Drive de la pensée méta-scientifique. Il définit l'ouvrage comme un essai de biologie politique. La barrière est fine entre le fou et le génie... j'ai l'impression d'être le skater qui descend le garde-corps sur les balles parce qu'il a rater son slide...

Link to comment
Share on other sites

je suis sur "la zone du dehors" de Damasio. Par contre je suis tellement crevé en ce moment que je m'endors après une page... ça me prends moins que la horde du contrevent. Mais c'est bien écrit.

Je viens de prendre "l'anomalie" aussi, on va voir ça, le sujet est intéressant.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, P.net a dit :

J'attaque L'homme imaginant d'Henri Laborit.... 

Lu il y a longtemps, j'avais bien aimé les écrits de Laborit ! 

Actuellement La trilogie Berlinoise de Philip Kerr, j'en suis au second volume... une suite de polars à Berlinois dans l'Allemagne nazi, en 1936 et 1938 pour les deux premiers ! Passionnants et bien documentés ! 

 

Edited by jaydee
Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, P.net a dit :

J'attaque L'homme imaginant d'Henri Laborit.... Bah c'est tout, je n'ai aucune idée de ce que je suis en train de lire. Une sorte de Mulholland Drive de la pensée méta-scientifique. Il définit l'ouvrage comme un essai de biologie politique. La barrière est fine entre le fou et le génie... j'ai l'impression d'être le skater qui descend le garde-corps sur les balles parce qu'il a rater son slide...

Ce chirugien neurobiologiste a des propos très intéressants (un peu confus parfois, ou sans réel ligne/système) mais son approche est très intéressante.

La nouvelle grille et l'éloge de la fuite sont des livres prenants. (Je prends toujours des notes sur les livres que je lis et quand j'en ai bcp c'est que le livre m'a marqué. Ce qui est le cas de Laborit) :

"Fournir à l'enfant une "bonne " éducation , capable avant tout de lui permettre de trouver un "débouché" professionnel honorable. On lui apprend à servir, autrement dit on lui apprend la servitude à l'égard des structures hiérarchiques de dominance. Une servitude gratifiée. L'individu reste persuadé de son dévouement, de son altruisme...satisfaction déformée par l'apprentissage de la socio-culture". (le sujet de la dominance est prégnante dans ses écrits)

En lisant Laborit, on retrouve une pensée des situationnistes comme  G.Debord ou l'incroyable Belge Raoul Vaneigem (la docilité n'émane plus d'une magie cléricale, elle résulte d'une foule de petites hypnoses : information, culturelle, urbanisme, publicité...)/ 

Link to comment
Share on other sites

On m'a conseillé Laborit et j'en ai pris pas mal d'occasion. Pour l'instant l'impression que j'ai c'est qu'il fait partie de ces gens qui ont l'intuition à fleur de peau et suffisamment de recul, de savoir et de culture digérée pour transmettre à l'écrit les fulgurances plus ou moins logiques ou organisées d'une conscience observée. Comme il le dit dans son intro, il souhaiterait être lu sans formatage... Mais quand il te dit dès le début que l'Homme est un transformateur solaire super-élaboré dont le développement industriel de son environnement en reflète la qualité (paraphrase) fatalement... Merci pour vos retours en tout cas, mon approche en sera un peu différente.

  • +1 1
Link to comment
Share on other sites

Oui, l'un des premiers à faire une connexion formalisée des neurosciences et des sciences humaines. Sans tomber dans le biologique à outrance comme Jean-Pierre Changeux et L'homme neuronal. 

J'ai pris Laborit comme un scientifique qui s'essaye à la philosophie, il frôle le ligne interdite parfois, surtout qu'il expose les prémices d'une nouvelle religion, la "religion scientifique". (Il manque un peu de mordant comme un de mes philosophes préférés Max Stirner,). Quand il dézoome sur la partie sociétale et politique, il est un peu dans les choux. En économie, il reparle de cette tentative de rapprocher cette science "économique" (qui n'en est pas une) des lois thermodynamiques, pour ne pas dépasser le constat.

Mais tu l'as dit, le mot est la : Fulgurance.

Si tu as 1 heure devant toi, une conférence exceptionnelle de Laborit  :

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...