Jump to content

P.net

Membre actif
  • Content Count

    2796
  • Joined

  • Last visited

About P.net

  • Rank
    BaSsMaNiAc

Profile Information

  • Gender
    Male

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. P.net

    Petite Blague

    Non, c'est déjà le cas, la seule différence c'est le salaire...
  2. Ce qui est beau c'est que tu reprends deux post et tu arrives à te contredire... Quel talent ! AlexB6 parle d'aborder une gamme de manière différente selon la position et le doigté. Ca sous-entend quand-même que ça reste la même gamme mais jouée à une position différente, car abordée avec un doigté différent. Ca peut se limiter aux renversement induits par les positions 1 3 5 7... par rapport, donc, à une tonique/tonale. Le Ré dorien finit sur un Do (avant l'octave)... pourquoi ne pas le considérer comme un simple renversement, une série de notes qui approche le Do? C'est toi qui vois. A partir du moment où tu sais que ton D mineur est dorien, tu as toutes tes notes de la gamme. Après tu fais ce que tu veux hein. Ca n'empêchera pas les autres musiciens de jouer et d'improviser. Belle connerie ! le terme Dorien est dans une suite de noms donnés à des modes et il est le deuxième de cette suite. ce qui implique forcément l'existence d'un premier, soit le ionien... Que ça n'implique pas les suivants, c'est encore une fois toi qui vois, mais bon, même avec toute la mauvaise volonté du monde, tu peux te rendre compte que tu peux partir de la deuxième note de ta gamme dorien, et que pour avoir l'octave tu vas bien être obligé de démanché un peu... C'est à toi ensuite de faire sonner le Ré comme ta tonique ou comme une seconde ou comme une septième, en fonction de la grille. Il y a quand même des chances que si tu ton pianiste te plaque un CM7 comme si c'était une septième, ça risque de merder un peu si tu veux t'arrêter sur ton Ré... C'est le problème avec les tonalités générales mineures. Pour faire la différence entre une relative mineure (qui implique une relative majeur) et une tonalité mineure, c'est la sensible... Am7 c'est potentiellement une relative mineure (tu peux la chiffrer autrement II III ou VI), par contre AmM7, c'est une tonalité mineure avec sa sensible accidentelle.
  3. salut, un doute m'assaille (ni contrepèterie ni bergers de la corne de l'Afrique): Un III7 et un I7, tu les trouves dans quelle tonalité générale? Dans un morceau ok, mais pour expliquer la différence entre fondamentale et tonique (tonale).... Ca complique un les choses.
  4. J'aime bien l'ambiance et l'atmosphère. J'a bien accroché à ta manière d'aborder des thèmes connus et tu présentes une attitude assez ludique et sans filet, ce qui est bien agréable, un équilibre perfectionniste pas évident en live. Je pense que le choix des extraits sonores ne met pas en valeur la qualité du/des musiciens qui, au regard des vidéos que tu postes, est indéniable (sensibilité, technicité, créativité qui font que je regarde tes vidéos avec plaisir). Il y a deux éléments qui attire l'attention dans l'ensemble, ce sont les extraits qu'on reconnait et qui sont les plus longs. C'est à dire celui à 0'30 sec env. et suivant, puis celui à 2'40 env. Evidemment en fonction de la culture musicale de l'auditeur/spectateur, cette perception change, mais si c'est pour accrocher et diffuser, ça vaut peut-être le coup de se limiter à des extraits un peu plus longs mais moins nombreux ou anecdotiques. Il s'agit juste d'une impression publique extérieure. Et encore une fois, ça ne remet aucunement en cause le savoir faire des artistes sur scène.
  5. C'est une carvin AC50 . Je tenterai peut-être une review. Elle vaut vraiment le détour. Elle a pas mal de personnalisations par rapport au modèle standard. C'est peut-être pour ça. Le stagiaire pensait qu'elle allait être frettée, il a foutu les points sans réfléchir
  6. Oui c'est exactement ça, comme si le point était au "milieu des cases". Le coup du 1/2 ton venait de la blague : quelle différence entre deux contrebassistes --> 1/2 ton Avec les basses fretless non lignées même punition. Lignée ou non lignée c'est une question de goût : visuellement, voir des lignes sur une touche fretless, ça me chiffonne, j'aime pas. Le manche est très facile, donc je pense pouvoir m'en sortir. Dans le pire des cas, je ferai ligner sur la tranche seulement. Sur un plan ou une ligne si tu est faux sur une note, t'as beau rétablir, t'as sonné faux et ça n'est pas rattrapable. Je préfère bien bosser mes positions et mémoriser le manche pour éviter les imprévus. Je joue de la même manière frettée ou fretless, seule la main droite bouge plus près du manche à la fretlless quand elle doit "chanter".
  7. Fretless d'origine. Une magnifique touche ébène. En ce qui concerne la justesse, dès qu'on est un peu à côté, ça sonne pas bien (terne). Les écarts sont faux ou au mieux douteux. Ou quand je suis juste ça sors vraiment bien. Les manches de mes basses frettée et fretless sont très proches avec le même écart de corde. J'ai réalisé cette histoire de repères "Alacon" quand j'ai voulu faire un blues en fa ou un plan dont j'ai le son bien dans l'oreille à la frettée. Ma gamme de Do n'était pas terrible au niveau justesse alors que la basse était accordée. Dès que j'ai décalé de quelques mm voire un bon cm par rapport au point tout est sorti juste (ou pas trop faux) et j'ai retrouvé mes repères auditifs. Bref, étrange comme truc. Suffit de le savoir, mais bon... Avec la pratique ça finit par s'oublier et, c'était l'idée d'une fretless non lignée, jouer exclusivement à la feuille et à la mémoire "digitale".
  8. Craqué pour ma fretless que je commence à maîtriser (un peu moins d'1/2 ton ) et qui a un son superbe. Par contre, c'est une touche non lignée et je viens de réaliser que les repères de tranche sont placés aux mêmes endroits que sur une frettée . C'est normal?
  9. Merci pour ta réponse. Je voulais savoir si on pouvais utiliser ce genre d'altérations d'accord en dehors des cadence (IV-I ou V-I ou II -V-I etc... ) justement. Ou si ces sonorités ont une fonction précise dans une grille, si bien qu'on évite de les utiliser en accompagnement de dehors de ces situations. Pour le coup, je viens d'aller vérifier ces altérations sont utilisées à titre d'exemple sur une cadence parfaite donc V-I. Pour la IV-I, c'est du basique sans altération. D F B --> G C B.
  10. Juste le fait qu'on dit machinalement Tonique tierce quinte... alors qu'on devrait dire fondamentale tierce quinte sauf sur la note tonale de la gamme générale (voire du mode). A moins qu'il y ait confusion... Mais bon, je profite pour demander un truc peut-être un peu pointu : Peut-on utiliser les accords des cadences plagales n'importe où? Par exemple sur un G7, on peut avoir Db Ab F B et ça sonne super bien à la basse (en plus l'accord est facile à faire )! Question 2 : la substitution tritonique se fait elle en impro? Peut-on la faire sur n'importe quel accord?
  11. D'un autre côté j'entends/lis rarement pour parler d'un arpège ou autre: "fondamentale tierce quinte bémol 7eme mineure"... Ca prête à confusion.
  12. [Au taquet mode ON] Le chiffre 6 annonce (toujours*) une sixte majeure : dans ton cas c'est un accord mineur donc tu auras le doigté Pos.II ou dorien [Au taquet mode off]. Il y a aussi le X6, ce qui te donne un accord majeur avec une 6 majeure. * Tous les chiffres annoncés (6 9 11 13) indiquent le majeur du degré. Seulement le 7 seul annonce une 7e mineure, et le 11 une quarte juste.
  13. Les positions, c'est effectivement les modes ou degré (peut-être pas pour les ayatolah...). 7 degrés chiffrés de I à VII (degrés) ionien dorien phrygien lydien mixolydien eolien locrien (modes*). C'est la même gamme en décalant d'une note de ta gamme. En Do majeur Tu pars de Do (ionien ou I) : do ré mi fa sol la si (do). Puis tu fais la même en partant de Ré (dorien ou II) : ré mi fa sol la si do (ré) etc... ca te donne des doigtés (à mémoriser, car ils sont identiques partout sur le manche pour le même degré) et des sonorités un peu différente à chaque fois si tu les joues sur un DoM par exemple. Tu restes dans la même tonalité générale (pas de dièse ou bémol), mais selon le degré que tu utilises, ça va sonner plus ou moins bien du fait de ta première note (tonique) et de celle sur laquelle tu finis. Et c'est ce rapport harmonique là qui va faire jâser ou jazzer... Le parallèle avec les pentatoniques vient des positions que tu vas trouver en changeant la première note de ta pentatonique et en suivant une forme imposée par les 5 notes de ta pentatonique M7. Tu fais donc sauter le Fa (la 4rte de ta première pentatonique/ degré 1) et le Si (7M de ta première pentatonique/ degré 1) à chaque fois, quelle que soit la position/note de départ/tonique. En Do Majeur Do ré mi fa sol la si (do) puis Ré Mi fa Sol La si Do (ré) puis Mi fa sol La si Do Ré (Mi) etc... *chaque mode correspond à une sonorité différente 3 majeurs (I IV V) et 4 mineures (II III VI VII) qui, du fait de leur place sur ton manche vont te donner un doigté différent pour jouer les même notes et donner à chaque note une position/degré/sonorité différente par rapport à ta tonique. Par exemple en position 1/ionien, ton LA est une sixte majeure, mais en position 2 ton LA devient une 5te (de la tonique Ré), puis sur Mi une 4te etc...l'écart Do-La sonne différente de Ré-La etc...
  14. Pour travailler rythmiquement tes gammes, ce qui vient à l'esprit est de le faire sur un groove de batterie avec un accompagnement. Tu peux le faire en regardant un film en reprenant les rythmes des dialogues (très difficile) ou sur n'importe quoi que tu écoutes. Un coup tu prend le rythme de la batterie, de la basse, du chant, d'un cuivre s'il y en a etc... Inutile de brancher la basse, c'est surtout un travail de coordination main droite/main gauche. Ensuite tu peux essayer de suivre la mélodie, sans forcément mettre les bonnes notes, juste changer de note quand la note change à la mélodie. Dans une gamme, je bosse les 7 positions (3 Majeures/4 mineures). Profites en pour rajouter les pentatoniques (donc 5 positions). Tu peux bosser de la même manière les mineures mélodiques. Passer du travail de la gamme à l'improvisation, le plus naturel serait de chanter un truc sur une grille et d'être capable de la sortir àavec l'instrument. La réalité est plus trouble avec les normes, les règles, la théorie suivant le style.
×
×
  • Create New...