Jump to content
vieuxpaz

The Beatles

Recommended Posts

Salut à tous,

comme je suis un grand original, je cherche à savoir comment Mr McCartney construisait ses lignes par rapport à la mélodie et à l'harmonie du morceau.

Si quelqu'un à des références pour comprendre et travailler ça, ça m'intéresse.

Tant qu'on y est, si vous avez les partitions basses des chansons les plus intéressantes ainsi que les accords qui vont avec (afin de pouvoir voir quelle lignes de basse sont mises à partir des accords guitare), je suis preneur.

Le cas échéant, existe-t-il dans le commerce (ou sur la mule) des méthodes qui nous font travailler tout ça.

Bref, scarabée's power!

Share this post


Link to post
Share on other sites

La version longue ferait 10 pages alors je te la fais courte.

Ecoute la contrebasse chez Elvis Presley.

Ecoute le travail de Jamerson à la Motown.

Colle tout ça dans un shaker, sert à un guitariste et tu auras le travail de Mc Cartney.

Ses lignes sont très intéressantes. Par rapport à ce qu'on connait aujourd'hui elles peuvent paraitre basiques mais il a quasiment inventé le vocabulaire du bassiste rock.

Comme souvent, je crois que le mieux est de repomper ses lignes pour comprendre ce qu'il fait.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ecoute le travail de Jamerson à la Motown.

J'aime bien les lignes de Mc Cartney, mais j'ai du mal à voir le lien avec celle de Jamerson. Tu peux développer ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le point commun avec Jamerson (mais aussi avec un autre grand bassiste de l'époque mais méconnu en tant que tel, à savoir Brian Wilson) c'est le jeu en renversements, c'est à dire construire des lignes mélodiques à l'aide des tierces et des quintes en sortant du truc basique avec les fondamentales.

Edit : pour répondre à la question du topic, il existe effectivement un DVD (ainsi que sa version bouquin) avec les lignes de basse décortiquées :

HL00320334.jpg

Il y a ça aussi, plus cher et à mon sens pas beaucoup plus intéressant :

RDR0056.jpg

L'inconvénient de ces méthodes est qu'elles apprennent à jouer les morceaux des Beatles sans forcément expliquer comment c'est foutu ; à mon avis une des meilleures façon de développer ce style de jeu est de composer ses lignes en les chantant et de travailler surtout d'oreille car même si Macca est guitariste à la base (encore qu'il me semble avoir lu qu'il a commencé au piano), c'est surtout un formidable chanteur et mélodiste.

Edited by Boazz

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui, je suis con. Je restais bloqué sur le coté rythmique...

Merci :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Macca a en fait commencer par la trompette. Le piano est venu ensuite et enfin, la guitare. Il est venu à la basse par 'dévouement' parce que Stuart Sutcliff, un de leurs potes qui jouait de la basse était vraiment trop mauvais donc ils l'ont viré. En fait, ledit Stuart était plus peintre qu'autre chose mais comme il avait de l'argent grâce à la vente d'une de ses peintures, il avait pu s'acheter une basse. Pour l'anecdote, Stuart est sorti avec Astrid Kirchherr, "l'inventeuse" de la coupe Beatles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ha, là, je me dois te rectifier, Sutcliffe n'était pas un grand bassiste mais il a laissé tomber les Beatles pour se consacrer entièrement à la peinture, Sutcliffe étant le meilleur pote de Lennon au départ.

Pete Best, leur premier batteur, lui, a été viré :whistle: .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vous recommande cet excellent livre qui comprend un chapitre entier sur le jeu de Mc Cartney, son développement et sa construction. La filiation avec Jamerson y est expliquée en détails.

HL092.gif

"I began to realize you didn't have to play just the root notes. Well if you can do that, how much further could you take it ? You might even be able to play notes that aren't in the chord."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ressens aussi le lien avec Jamerson par des lignes de basse trés à l'ecoute de la mélodie principale, et qui oscillent entre le soutien rythmique et un complément mélodique dans les ' espaces libres ' du morceau.

Edited by reynhart

Share this post


Link to post
Share on other sites

@ yardbird et aux autres d'ailleurs : mea culpa le sieur Sutcliff est parti la tête haute sans se faire dégager comme un malpropre, ce que j'ai raconté, c'était po vrai.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai jeté une oreille sur les lignes des beatles; autant c'est pas violent en apparence; autant c'est plutot original et subtil et aussi très nuancé.

Merci pour ce topic.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Edit : pour répondre à la question du topic, il existe effectivement un DVD (ainsi que sa version bouquin) avec les lignes de basse décortiquées :

HL00320334.jpg

que j'ai et suis disposé à te vendre, ayant fini de bosser là-dessus (si jamais on peux dire qu'un jour c'est fini de bosser... :rolleyes: )

Une influence majeur de Macca, en plus de ce qui a été dit précédemment, était Brian Wilson, des Beach Boys.

A noter aussi qu' à partir de 1965, l'utilisation de la Rickenbacker et le boulot -exceptionnel- fait par les ingés de chez EMI, la recherche autour des parties de basses fut de + en + soignée. Elle était souvent enregistrée en dernier, le Mac ayant suffisemment de vision globale du morceau dès le début pour se permettre ça. Chapeau !

Excellent exemple de Jazz Ad avec Yesterday, plutôt facile à piger, et sur une version rare car car uniquement jouée sur scène (pas de partie de basse sur l'album).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois (j'en suis pas sur du tout yardie ou semoule pourront sans doute infirmer ou confirmer) qu'à partir du moment où ils ont arrêté la scène, les lignes de McCartney se sont un poil complexifiées du fait qu'il n'avait plus à jouer et chanter en même temps. C'est en fait presque plus une question aux spécialistes sur une rumeur...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hop, un de mes morceaux préférés pour la ligne de basse (pas si évident à jouer en plus) :

Et ceci, c'est juste un diaporama par dessus une (marrante) demo issue des Beatles Anthology (que j'avais posté une fois je crois) mais on entend remarquablement le boulot mélodique :

Edited by Boazz

Share this post


Link to post
Share on other sites

merde boazz je vais encore gaser sur une rick.... :rolleyes:

:wink:

Concernant ta question RacineMiller, je ne pense pas qu'il ait eu du mal à assurer les deux sur scène, certaines lignes exigeantes comme Day Tripper le prouvent.

Néanmoins, en effet, les lignes de basses -ainsi que pas mal de choses d'ailleurs- se sont bien étoffées après 1966 (tendance entamée dès 1965). Mais c'était plus dans une logique d'innovation permanente et de possibilités technologiques nouvelles que de relax studio.

Mac Cartney ayant d'ailleurs toujours eu plus ou moins envie de remonter sur les planches de 67 à 69, au contraire de ses co-membres, et souvent plus que moins (ce qu'il fera le plus rapidement possible post-beatles), les lignes enregistrées en studio n'auraient probablement pas été un soucis pour lui, quitte à les modifier un peu....

Share this post


Link to post
Share on other sites
que j'ai et suis disposé à te vendre, ayant fini de bosser là-dessus (si jamais on peux dire qu'un jour c'est fini de bosser... :rolleyes: )

Une influence majeur de Macca, en plus de ce qui a été dit précédemment, était Brian Wilson, des Beach Boys.

A noter aussi qu' à partir de 1965, l'utilisation de la Rickenbacker et le boulot -exceptionnel- fait par les ingés de chez EMI, la recherche autour des parties de basses fut de + en + soignée. Elle était souvent enregistrée en dernier, le Mac ayant suffisemment de vision globale du morceau dès le début pour se permettre ça. Chapeau !

Excellent exemple de Jazz Ad avec Yesterday, plutôt facile à piger, et sur une version rare car car uniquement jouée sur scène (pas de partie de basse sur l'album).

Arggg! je l'ai commandé ce matin! C'est dommage.

Bon en tout cas, je suis content de voir que ce sujet ne passionne pas que moi!

Et puis pour les vidéos, c'est bien intéressant.

Bien cool.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il me semble que dans le Beatles Anthology, macca décrit sont jeu de basse comme issu (entre autres) de son jeu de.. guitariste, et l'utilisation des lignes mélodiques sur le milieu et bas du manche.

sinon, pour l'avoir vu en live d'assez près en 1988 à lyon, ou si vous écoutez le live de Wings over america il est quand même capable de chanter et jouer en même temps et sans simplifier particulièrement. Mais bon, il est doué, peut jouer d'un peu de tout sans avoir l'air de rien...bref, il est enervant !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Macca revenant sur la période de la sortie de Help!:

"I started listening to other bass players, and mainly Motown. As time went on James Jamerson became my hero, although I didn't actually know his name until quite recently. Jamerson and later Brian Wilson of The Beach Boys were my two biggest influences: James because he was so good and melodic, and Brian because he went to very unusual places." Interview with Tony Bacon, November 30th 1994.

C'est tiré de ça que je vous recommande vivement:

51Eu65h5g8L._SS500_.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Macca sait-il jouer aux doigts ? Je crois que je ne l'ai jamais vu jouer autrement qu'au médiator.. :whistle:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest big'

Je l'ai déjà vu jouer au pouce.

Mais c'est vrai que je me suis jamais posé la question, tiens.

Vite, une réponse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il est vraiment énorme, ce mec, quand même. On sent assez rapidement qu'il a jamais bossé de gammes ni de plans, qu'il s'en fiche pas mal des cordes ou même de la basse en elle-même (l'instrument), ce qui lui importe c'est l'ensemble, l'harmo, le rythme, la mélodie...la bonne chanson en somme. Doigts ? pick ? plutôt ci ? plutôt ça ? pourquoi pas ! Mais go ! on fonce ! Le reste se plie à ça. Et du coup il pond des lignes d'anthologie. Attention, travailleur infatiguable.

Ouverture d'esprit maxi, le tout rôdé et usé et rincé jusqu'à la moelle surtout sur les planches ou dans un studio. Petit Mozart en un sens : probable qu'en écrivant les premiers succès des fabs dans les chambres d'hotels avec Lennon jusqu'en 63, il structure déjà les différents plans de la chanson, avec un contrechant, une 2ème voix au-dessus, une ligne de basse en-dessous...probable aussi d'ailleurs que Lennon, tout aussi talentueux qu'il soit, n'est lui pas capable de ça...

Encore récemment il passe dans un magasin de musique, on lui refourgue une mandoline gaucher, il apprend (à 65 ans) et écrit une chanson qui devient single...

Bel exemple pour nous je trouve. Et une bonne preuve qu'il faut bouffer de la scène, et le plus tôt possible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...