Jump to content

AlexB6

Membre actif
  • Content Count

    3508
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

About AlexB6

  • Rank
    BaSsMaNiAc
  • Birthday 02/04/1987

Profile Information

  • Gender
    Male

Matos

  • Amplis
    -
  • Effets
    -
  • Divers
    -
  • Ex-matos
    -
  • G.A.S. list
    -

Recent Profile Visitors

13999 profile views
  1. Je ne me suis jamais amusé à chanter les notes altérées en les nommant, parce que dire simplement "Sol" alors que je joue ou entend un "Sol#" parce que c'est la convention, j'y arrive pas. C'est "physique". Tout comme quelqu'un qui va chanter la gamme de Do Majeur en nommant "Do Ré Mi etc.." alors qu'il est en train de réellement chanter Ré Mi Fa# etc..." : la personne se trompe de tonalité mais se réfère à la gamme de Do Majeur pour définir les intervalles qu'elle chante. @NiGhTPoPs pourra peut-être nous éclairer, mais il me semble que c'est ce qu'on appelle aux U.S le "Do flottant". Pour moi c'est impossible de ne pas nommer la note exacte et de faire sciemment une substitution. Globalement, je ne fais pas de lien entre l'écrit et l'auditif, je suis rarement confronté à la lecture de partitions, même si je suis capable d'expliquer à postériori ce que je joue en nommant des notes, et ça ne m'empêche pas de transcrire sur partition et de composer... Mais en plein jeu, je pense intervalles en fonction de la tonalité que je joue, et c'est déjà pas mal.
  2. Je devrais rédiger un texte à copier/coller rien que pour ça Le principe d'une rampe c'est de prolonger la sensation de jeu que l'on peut avoir quand on joue au-dessus des micros. Cela permet effectivement de reposer le pouce (typiquement quand on joue sur le Mi grave en 4 cordes, on repose naturellement le pouce sur les micros), mais avec la possibilité de le faire ENTRE les micros (en config' 2 micros cela va de soi, ou bien entre un micro MM et la fin de touche par exemple, voir le modèle Ibanez Gary Willis). Le principal intérêt qui en découle c'est d'éviter que les doigts ne s'enfonce trop sous les cordes, idem que lorsqu'on joue au-dessus des micros (typiquement la sensation avec des soapbars). Cela a pour effet de permettre aux doigts de revenir plus rapidement en position initiale pour attaquer les cordes : on diminue la distance entre la fin de course et la positon de départ des doigts. Par ailleurs le fait que les doigts rencontrent une surface de contact sous les cordes génère une sorte de réflexe : les doigts touchent une surface de contact qui déclenche une réponse nerveuse plus rapidement que s'ils devaient s'enfoncer plus loin que le niveau de la rampe (ça se joue à quelques millimètres), cela peut potentiellement améliorer la rapidité d'exécution. ATTENTION : le paragraphe ci-dessus n'engage que moi, mais à mon avis le parallèle peut être fait avec d'autres domaines comme le sport par exemple, où l'on va chercher à améliorer les performances en utilisant certains accessoires, matières, revêtements etc. pour optimiser les mouvement. De fait, l'idée d'avoir une rampe au radius de la touche prend du sens dans la mesure où sans cela, la distance entre les cordes et la rampe va différer selon les cordes : on va se retrouver avec une plus grande distance sous le La et le Ré que sous le Mi et le Sol (en 4 cordes). Cela va affecter la régularité de l'attaque. Les cordes sont généralement réglées avec un radius différent de la touche, typiquement on va avoir au moins 1mm de différence sous la 12ème frette entre le Mi grave et le Sol aigu. Avec une rampe au radius de la touche on aura également ce report de mesure une fois bien placé, mais ce n'est pas bien gênant car ça prend aussi en compte la vibration de la corde, plus importante dans les graves en amplitude. C'est cela que j'ai tenté d'expliquer à Adrian, qui ne voyait pas du tout cela comme ça... La conséquence de tout cela, c'est qu'avec ce genre d'accessoire, je trouve qu'on joue davantage de façon équilibré sur toutes les cordes, on force moins avec les doigts... Couplé avec la technique au pouce de Di Piazza ou Gary Willis, on acquiert une meilleure liberté de mouvement pour phraser, qu'on soit sur 4,5, ou 6 cordes. Par ailleurs ces techniques préservent l'avant-bras qui repose souvent sur la tranche de la basse avec une technique classique, donc les tendons sont soulagés. Sinon, pour l'électronique c'est assez simple : il y a Volume, Balance et Tonalité. Le switch sert uniquement pour le micro chevalet, en configuration simple/parallèle/simple, ce qui me permet de choisir la bobine près du chevalet (position JB 70') ou bien la bobine côté micro manche (position JB 60'). La position parallèle sonne assez bien eût égard à ce que j'ai constaté sur la vidéo de présentation de cette config' sur la chaîne Youtube de Public Peace, ça donne finalement une 3ème position à la sonorité plutôt moderne. Les micros sont des Haüssel, qui m'ont franchement convaincu par rapport à du Delano, ils semblent davantage se rapprocher de ce que je cherche (un son JB potable en 6 cordes ). Enfin oui, il faudrait que je fasse une belle vidéo, qui serait à coup sûr moins vendeuse que ce que fait Bruno Tauzin (rendez vous compte, en gaucher et en 6 cordes ). Pour rappel, j'avais déjà eu un custom chez Mensinger, j'étais aussi passé par Adrian : D'ailleurs sur celle-ci, qui est un custom, mélange entre la Cazpar et la Pike (baptisée du coup "CazPike"), la touche est plate, et donc c'est pareil pour la rampe.
  3. Pas de souci. Par contre pour ton choix de combo, pour avoir eu celui que tu as pris, je te l'aurais déconseillé sans nul doute. Autant côté ampli ça le fait, autant le baffle voile carrément le son. C'est simple j'ai vendu ce combo pour justement prendre la tête TC BH250 et du Phil Jones (j'ai un Cab 2x7" qui va bien en équivalent). Là j'ai vraiment retrouvé le son de mes basses et surtout des réglages efficace, chose impossible pour moi avec le 2x8" TC.
  4. Je vends une TC BH250 pour 150€ frais de port compris, très peu utilisée, et de fait plus complète que la nouvelle TC pour quelques euros de plus. MP si tu es intéressé. Musicalement.
  5. J'ai mailé Adrian récemment car on arrivait au terme des 15 semaines pour un délai standard, donc je voulais savoir à la louche combien de temps ça prendrait encore, histoire de pas me faire de film. Au départ il m'avait prévenu à la commande que vu les options ça allait largement dépasser les 15 semaines, et en lisant certains feedbacks ici je me suis dit que ça allait dépasser bien comme il faut également. La semaine dernière il était en séjour masterclass comme il fait souvent début Juillet, du coup il m'a répondu en début de soirée ce jour. Et quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'il m'annonce que ma basse est terminée ! J'ai pris le temps de bien vérifier en zoomant à l'échelle sur mon écran le placement des micros, et je salive d'avance à l'idée d'entendre ce micro chevalet un peu spécial qui peut donner un son JB 60' ou JB 70' selon la sélection de bobine. En effet ça tombe bien là où il faut à priori pour les bobines. Bonne surprise concernant la rampe, j'avais refusé qu'il m'en fasse une par rapport à cette impossibilité d'en fabriquer avec un radius identique à la touche (18"), mais apparemment il a quand même fait en sorte qu'il y en ait une. Là je peux pas vraiment vérifier si elle est plate ou radiusée, mais qu'importe étant donné que c'était pas prévu. En tout cas s'il y a le radius c'est super, ce sera ça de moins à bricoler ! Donc au final pour le délai on est quasi dans les clous : environ 15 à 16 semaines. J'espère qu'elle va vite arriver pour la tester direct en live, j'ai pas mal de concerts durant l'été.
  6. Faut aimer le combo de couleur mais je lui trouve un charme certain : Par curiosité j'ai saisi à peu près les mêmes spécifications sur le configurateur en ligne de Maruszczyk, on serait plutôt sur du 2000€ (préamp similaire avec médium semi paramétrique etc.). Cette V10 est à environ 1300€ en pré-commande aux UK, ce qui permet d'avoir un peu de recul sur la valeur réelle de l'objet par rapport à du custom européen.
  7. En gros tu veux avoir du cocobolo low cost c'est ça ?
  8. En effet on peut presque tout demander... Perso je suis resté dubitatif lorsque je lui ai demandé une rampe avec radius de 18" pour ma future custom. Il m'a dit que c'était difficile à fabriquer et pire, qu'un radius spécifique ne servait à rien sur ce genre d'objet... J'ai lâché l'affaire sur ce point mais je trouve ça vraiment moyen de la part d'un professionnel comme lui, je parle de l'aspect "inutile" du radius sur la rampe. Je vais pas refaire mon laïus sur le sujet, ceux qui me connaissent un peu savent combien c'est important pour moi ce genre de détail vu ma façon de jouer. Du coup je la fabriquerai moi-même ou bien je délèguerai la tâche. C'est juste que ça m'aurait plu d'avoir une rampe qui matche parfaitement niveau couleur (j'ai demandé Green Valley Metallic).
  9. Oui ma remarque était lié au tracking, je n'ai aucun souci selon la basse avec mes EHX Bass Micro Synth, mais cette Mono Synth m'apparaît assez capricieuse avec des micros à plots apparents... Ceci dit ça n'engage que moi, tant mieux si pour d'autres ça fonctionne.
  10. Vu que j'officie dans le bal et les orchestres de variétés, et jusqu'à lil y a peu en tant que directeur musical de l'orchestre où je bosse principalement, je cherchais toujours le compris entre public, musiciens et plateau chant. Sur ce genre de répertoire, il en faut pour tous les goûts, mais selon l'équipe j'ai appris avec les années à façonner le truc de manière à ce que tout le monde s'y retrouve. Quelques exemples concrets : - Sapés comme jamais (Maître Gims) : Cela contente essentiellement le public, mais cette année nous jouons la version des Victoires de la Musique 2016, avec la partie africaine à la fin. Donc musicalement on est plutôt content ! - Li tourner (Alain Ramanissum) : Cette année on a décidé de jouer la version d'origine qui est un sega (tourne en 12/8), le public connaît bien le morceau mais pas cette pulse. C'est un parti pris mais il y a une dimension culturelle et éducative (on prévient d'abord les gens). - Medley Beyonce : On adore tous cette artiste, sauf que pour pousser le truc j'ai pris pour base un medley issu des élèves de la Berklee, autant dire que ça déménage et que tout le monde y trouve son compte (joué en début de set avec danseuses & Co.). En bref, quand je me produis sur scène, ma priorité c'est le public. Avant de chercher à s'adapter, il faut questionner l'employeur sur le pourquoi du comment. En effet, vouloir chercher à animer une soirée rock alors que l'employeur a embauché un groupe de reprises variété, faut pas déconner non plus ! Cela permet déjà de délimiter efficacement le répertoire et de se prémunir d'éventuels reproches fait au groupe qui se produit. Typiquement, cela nous arrive qu'une ou deux personnes âgées viennent réclamer du musette, alors que l'employeur nous a garanti qu'il n'en voulait pas pendant la soirée... Donc pas de stress de ce côté-là ! Une fois qu'on est "catalogué" et situé à la bonne place, le répertoire peut être mis en place. Là où je bosse, comme on a une équipe plutôt branchée musique afro-américaine, le répertoire s'est coloré de la sorte avec les années. Le temps faisant son oeuvre, on introduit de plus en plus de morceaux issus des 90' voire début 2000 (genre Murder on the Dance Floor, superbe ligne de basse en plus). On limite vraiment les "saucissons" (Patrick Sebastien, Sardou etc.), même si on doit faire des efforts (ne pas jouer Djadja de Aya Nakamura s'avère difficile). Après il y a les indécrottables de toute bonne soirée qui se respecte (Seven Nation Army, Medley Goldman année 82 etc.), et je ne compte plus les fois où par dépit on termine sur I love Rock'n'Roll ou Highway to Hell !
  11. J'en possède également un, car je voulais avoir d'autres sonorités que celles de mes deux EHX Bass Micro Synth... En plus l'idée d'avoir un preset pour chaque son est pas mal. Du coup j'ai un réglage type qui passe avec la plupart des sons, et si je veux un truc plus spécifique j'active le preset pour le son sélectionné. Par contre à l'usage, je déconseille avec des micros à plots apparents, la pédale marche carrément mieux avec des micros à lame (dual coil Delano ou autre).
  12. Il y a quand même une différence entre les DCB G4 et D4, ne serait-ce que par le format, et à priori l'emplacement des bobines. De fait la vibration des cordes n'est pas capté de la même façon... Sur les deux Hybrid "Buckeye" et Wengé", les micros sont placés à peu près pareil : le micro manche est plus près de 1cm du chevalet que sur une JB, seul le micro chevalet a une position différente (60' pour la Wengé, 70' pour la Buckeye). Dans les deux cas, on est sur de la JB-like dans la config' électro (full passive, avec volume, toggle 3 position pour les micros et tonalité générale). Mais en effet, les combinaisons choisies font que la Wengé sonne plutôt moderne, avec une belle assise dans le bas du spectre et de la précision dans l'attaque, et la Buckeye plus traditionnelle et passe partout. Moi qui aime bien cuter les médiums à 500Hz pour creuser le son, sur ces deux basses j'évite de le faire car à cet emplacement du spectre il n'y a rien à toucher, au risque de déséquilibrer fortement le son et de ne plus percer le mix. Autrement oui, j'estime que les bois sélectionnées ont leur importance d'autant que je commence à avoir un paquet de basses customs à la maison, dont certaines ne sont que des déclinaisons d'un même modèle. J'entends ainsi des différences mais aussi des points communs, c'est évident aujourd'hui. En plus des micros et du bois, je fais désormais attention aux cordes que je monte. Grand fan d'Elixir depuis de longues années, je me suis surpris à apprécier certaines de mes basses montées en D'Addario nickel, tout simplement parce que ça sonne mieux ! Les Elixir même si elles ont des qualités inégalables (sur le toucher et la longévité notamment), peuvent parfois "massacrer" le timbre général de l'instrument ! Ceci dit, sur l'Hybrid Wengé, j'ai monté des Elixir puis des Galli String (coated nickel), avec un rapide passage sur des D'Addario nickel, j'ai pas senti énormément de différence contrairement à d'autres basses. Là pour le coup je trouve que les Aguilar DCB G4 (donc en format EMG) semblent minimiser voire neutraliser l'impact des différents jeux de cordes... Mais là ça n'engage que moi.
  13. Je peux parler en connaissance de cause puisque j'ai actuellement 6 basses équipées en Aguilar. Concernant mes basses avec soapbars, qui sont toutes passives : - Super Double D2 : montées sur ma CG Hybrid "Buckeye" (corps swamp ash, manche et touche érable), au format Bartolini P2, c'est pour moi LA référence de mon cheptel. Le son de ses micros offre une belle rondeur tout en conservant un certain mordant (merci les aimants apparents). C'est probablement la basse avec le son le plus complet, qui ne nécessite aucun réglage pour rattraper ou corriger des fréquences, tout semble parfaitement bien dosé. - DCB G4 : montées sur ma CG Hybrid "Wengé (que des bois exotiques : corps black limba, table wengé et manche/touche en amarante), ils sont au format EMG. Sur cette basse en particulier, ça fait sonner l'ensemble un peu façon Warwick. Globalement ces micros sonnent "très propre" avec pas mal de brillant, de fait malgré une lutherie plutôt orienté bas médium et des cordes nickel, j'arrive à avoir pas mal de claquant et de brillance, sans devoir pousser les aigus de l'ampli. En soit cette config' apporte une bonne complémentarité à ma CG Hybrid "Buckeye", et ce sont deux basses qui passent sans problème en direct console, qui sont équilibrées mais à leur façon. - DCB D4 : ils équipent ma CG The Leaf "Wave blue" (6 cordes en aulne, manche érable et touche ébène). Au départ je voulais opter pour des Super Double 6 cordes sur cette basse mais j'ai préféré partir sur ce modèle qui permet d'obtenir un son plus "mat" et "fermé" que les SD. C'est effectivement le cas ! Ils ont tendance à adoucir les aigus, cela me donne un son au doigts très précis mais sans aigus exagérés, et en slap l'équilibre sonore est très bon. Mention spéciale au micro manche qui est très équilibré et pourrait se suffire à lui-même la plupart du temps tellement il sonne bien. Je suis tout autant épaté par mes autres config' en format singlecoil et split coil. Les J-Hot sont par exemple un excellent choix sur ma Calmon Singlecut, cela lui donne un son très granuleux et légèrement voilé dans les aigus, comme si on passait la basse dans un préamp "vintage", alors que la position des micros est assez moderne (presque à la Ken Smith). Idem, sur ma dernière arrivée, une CG Hybrid "Wave blue", j'ai un kit J-60', et malgré le fait que la basse soit une headless de 3,7kg, ça sonne Jazz Bass sans l'ombre d'un doute ! :
  14. AlexB6

    Phil Jones

    En Phil Jones j'ai possédé le BassCub, le BG150, pour les cabs only avant la gamme Cab x7 j'ai eu rapidos un C4 lite. Honnêtement j'ai jamais réussi à tirer quoi que ce soit de vraiment sympa des combos, les préamps Phil Jones qui étaient embarqués ne m'ont jamais convaincu, alors que les HP j'ai jamais rien eu à redire ! Le C4 lite que j'ai possédé semblait avec le recul plus "apte à encaisser" que mon couple 27/47 actuel. Le truc avec les Cab 27 et 47 c'est qu'il faut bien les placer car les évents sont à l'arrière, et si c'est pas proche d'un mur on sent qu'il manque quelque chose derrière nous... De fait en ce moment je prends surtout mon stack Ibanez Promethean (le combo 10" + le baffle 10"), là j'ai pas de souci peut importe le placement. En revanche quand je connais à l'avance la config' je prends le stack Phil Jones dans lequel je branche désormais une tête Promethean révisée que j'avais en spare (achetée d'occasion, elle m'avait lâché au bout de 15 jours...). Je retrouve la facilité des réglages de cette tête avec un gain de précision et de neutralité liés aux HP. Les 10" Promethean sont certes peu colorés (à mon oreille), mais avec Phil Jones c'est encore moins le cas. Ce stack 27/47 reste certes un poil plus encombrant et un peu moins "performant" qu'un ensemble de deux C4, mais vu le prix que ça m'a coûté, le rapport Q/P est plus que correct ! :D
×
×
  • Create New...