Jump to content

Huort Ch.

Membre Pro
  • Content count

    131
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

About Huort Ch.

  • Rank
    Connaisseur

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.huort-ch.com/
  • Skype
    Christophe Huort

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Parthenay, France

Matos

  • Ex-matos
    Davoli Organ Bass B5 (si, si ça a existé !)

Recent Profile Visitors

324 profile views
  1. Arnaque Sur Zikinf

    Hello, Mais non, c'est une Stage qui a été volée, et il y en a eu une environ quinzaine de fabriquées... En plus le cambriolage ayant eu lieu dans les Pyrénées-Atlantiques, la revente peut aussi bien s'effectuer sur l'Espagne voisine. Bon ça finira bien par ressortir, c'est comme les macabés, ça finit toujours par flotter à la surface un jour ou l'autre...
  2. Session by Ch.Huort

    Tiens mais j'y pense, ça me rappelle un mec qui avait pris des cours de théâtre et qui n'avait d'yeux que pour sa prof... c'est vrai que dans son cas, ça l'a bien boosté !
  3. Session by Ch.Huort

    Et oui, Djooh, des exemples comme ça il y en a évidemment des tonnes. Ma Grand-Mère était couturière, pendant 54 ans elle s'est tapé ce qu'il convient d'appeler de "l'alimentaire", avec ça-et-là une robe de mariée. Notre quotidien à tous... Un jour, une fois en retraite, elle m'a ouvert un tiroir de sa table de travail, et m'a sorti tout un tas de modèles. En fait elle a toujours fourmillé d'idées et avait dessiné des dizaines de modèles. Certains dessins ressemblaient à s'y méprendre avec des pièces de défilés de haute couture, parus parfois des décennies plus tard. Devant mon étonnement, elle m'a bien expliqué qu'il ne suffit pas d'avoir de bonnes idées, aussi géniale soient-elles. Encore faut-il les avoir au bon moment, et surtout les diffuser auprès des bonnes personnes (ou via le bon réseau). Un des mes amis "décoriste" de cinéma qui a travaillé avec de grands metteurs en scène m'a dit un jour : la seule différence entre une star et un bon acteur, c'est pas le talent et l'expérience, c'est juste le carnet d'adresses et le code postal.
  4. Stage custom Huort volée

    Du coup, dans ton cas l'idéal serait de passer à l'harmonica, non ? Bon je plaisante, mais sans basculer dans la parano totale, c'est vrai qu'il faut faire gaffe. D'un autre côté, ces techniques-là ne sont pas anciennes, il y a toujours eu des mecs qui épluchaient les avis d'obsèques ou de mariage pour savoir quand ils avaient le champ libre pour essorer une ou deux baraques dans un bled en toute tranquillité. La seule nouveauté ici, c'est juste que les grattes sont devenues des cibles réelles au même titre que l'appareil photo ou la tablette du touriste dans certains pays, ou le scooter dans certains quartiers... etc, et surtout qu'un véritable business est en train de s'installer là dessus.
  5. Session by Ch.Huort

    Salut Cyril, Ben oui, il existe d'ailleurs un super bouquin, paru il y a une vingtaine d'années, qui liste toutes les (ré-)inventions pourtant dûment brevetées dans notre monde "moderne". Dans les plus notables, on y croise par exemple le principe du stylo bille imaginé à l'époque de l'ancienne Egypte... mais pas réalisable à l'époque. D'où le fait qu'il n'est pas surprenant de voir parfois resurgir d'anciens concepts rendus par la suite possibles par des avancées technologiques. Après pour ce qui est des USA, ils se considèrent à part et n'admettent aucune juridiction qui ne soit pas de leur fait. Une sieste ? Ben pourquoi pas... Non, je pète la forme, comme un mec qui rentre de vacances !
  6. Stage custom Huort volée

    Bonjour à tous ! Un autre vol signalé récemment... Même s'il ne concerne pas un de mes instruments, je trouve utile d'en parler quand même ici, ne serait-ce qu'au vu de son mode opératoire (qui fait froid dans le dos). Le groupe d'un de mes clients a récemment donné un concert au Casino de Deauville. A la fin du spectacle le matos est rangé et les zicos prennent la route pour rejoindre leur hôtel, un peu à l'écart. La camionnette reste qq minutes seule sur le parking de l'hôtel, le temps de récupérer les clefs des chambres et de pouvoir décharger le plus précieux. Au retour, tout est pillé. La vidéo de surveillance fournie par l'hôtel montre des types se dirigeant directement sur la camionnette et opérant en une poignée de secondes, puis repartant. Selon les flics, la nouvelle mode est de dresser un "inventaire" pendant que le groupe est sur scène, de surveiller le chargement, de suivre le véhicule et de guetter le moindre laps de temps propice au dépouillement. Moralité : En attendant que des parades puissent voir le jour (et on y réfléchit ardemment...), essayez de ne pas laisser votre matos sans surveillance un seul instant... Ou autrement dit, même si vous avez vachement envie, arrangez vous pour aller pisser chacun votre tour !
  7. Session by Ch.Huort

    Salut à tous ! (Ah, les vacances étaient super bonnes...) L’histoire n’est elle pas un éternel recommencement ? C’est marrant, car quand on soulève la question de la protection des modèles ou du dépôt de brevet, il y a encore trop souvent cette sorte de soupçon d’égoïsme, voire de protectionnisme exacerbé. Du moins jusqu’au jour où… on se rende compte que quelqu’un d’autre… Et ce fut le cas pour la Session comme pour d’autres projets que j’ai pu mener auparavant. En quoi un industriel qui souhaite protéger ses créations ou ses innovations, diffèrerait-il d’un musicien qui dépose à la SACEM, d’un peintre qui interdit les photos de ses œuvres, ou d’un écrivain qui fait la chasse aux plagiaires ? Les bénéfices liés à l’innovation est source de pérennité au même titre que la protection artistique… sauf que nous no a pas la chance d’avoir la loi HADOPI, on en est quitte pour raquer de notre poche ! Effectivement le concept du micro interchangeable n’a rien de nouveau, mais au fil des années il se trouve qu’il a été traité sous bien des aspects, d’une part via des approches différentes selon le luthier (ou l’industriel), d’autre part en fonction d’avancées technologiques qui autorisaient de nouvelles réalisations. Mais tout ceci fut largement abordé en préambule du sujet dédié à la Session Bass, ici-même sur OB, entre fin 2014 et le printemps 2015, il me semble… Dès le début du projet, j’avoue avoir examiné l’opportunité de déposer sur cette application. Même si un dépôt de brevet en lui-même n’est pas très coûteux (36 euros pour le dépôt, 520 euros de rapport de recherche + 90 euros de délivrance), le coût majeur incombe avant tout aux frais de recherche d’antériorité, de protection et de mise en forme juridique. Ce qui rend cette démarche assez peu envisageable pour des TPI/TPE. Dans mon cas un financement était possible par l’ARI (Agence Régionale de l’Innovation), mais là encore, des complications administratives émanant de ma Chambre de Métiers et de l’Artisanat ont placé le tout "hors délais". Ce sacré facteur temps qui nous conduit justement à examiner les conditions de "brevetabilité" d’une invention. Il y a donc trois conditions principales (et primordiales) préalables à une demande de brevet : 1 - L’aspect technique ou technologique et non esthétique de l’invention, ou de ses sous-parties (par exemple une forme de guitare, l’esthétique d’un stylo ou d’un pot de fleur relèveront des Dessins & Modèles, et non du brevet). 2 - Le caractère nouveau de l’invention… ce qui est conditionné par une absence totale de systèmes, ou sous-systèmes, similaires déjà revendiqués. Si c’est le cas dans un autre pays, il y aurait éventuellement un délai de priorité en revendication accordé au tiers antérieur. 3 – Il ne doit pas y avoir eu de publicité faite en aucune manière sur le contenu de l’invention, avant le dépôt de la demande de brevet et sa prise en compte par les services de l’INPI. Dans le cas contraire plus aucune revendication ne serait possible, tant par l’inventeur que par d’autres prétendants. Ce dernier point revêt une importance cruciale, car c’est souvent la seule arme qui reste à la disposition des petites structures qui, faute d’argent, n’ont d’autre moyen pour lutter contre la concurrence, que de se résoudre à publier des innovations "libres de droit", prenant ainsi de vitesse les "gros", en leur interdisant tout dépôt ultérieur… Ce qui fut presque mon cas, car le peu d’informations qui avait filtré ça-et-là m’avait déjà averti que je n’étais pas seul sur ce coup (… même si on me rabâchait que la basse modulaire remontait aux années 60 et que ça n’avait jamais marché, et patati-patata…). Par la suite, et après avoir pu mener une recherche croisée sur plusieurs bases de données nationales et internationales, j’ai trouvé des choses assez similaires dans plusieurs pays d’Europe et plus particulièrement aux USA. Mais l’un comme l’autre n’ayant visiblement pas acquitté leurs redevances, les protections sont devenues caduques. https://www.google.fr/patents/US6253654 https://www.google.fr/patents/us5637823 Du coup il n’y avait pas péril en la demeure et il était donc possible de publier sans crainte, d’autant que, comme je le disais au début, mon projet n’était pas "d’inventer" et encore moins de "revendiquer" la basse modulaire, mais seulement de faire mon boulot : répondre à la demande de mes clients par un matériel utilisable, fiable et esthétique. Alors, et pour en revenir à la question posée : "Qu’en pense Mr Huort ?" Ben c’est simple… Mr Huort, parfois ça l’agace un peu, mais le plus souvent il s’en fout, parce que des idées il en a plus qu’il ne pourra jamais en réaliser. Disons que depuis plus d’un quart de siècle (putain mes rhumatismes…), j’ai très (trop) souvent constaté qu’une innovation "locale" reste perçue comme anecdotique, jusqu’au jour où une de ces "divinités d’outre-Atlantique" nous la présente comme une révolution de son cru. A ce propos saviez-vous que le diapason variable (fannet frets) était utilisé par des luthiers français dès les années 50 ? Donc dans mon cas précis, ce matin en me connectant sur OB, j’estime avoir appris une excellente nouvelle. En effet, si ce concept de basse modulaire qui a suscité un débat si passionné (au point de provoquer le retrait du sujet), se trouve aujourd’hui mis en lumière outre-Atlantique, alors preuve est bientôt faite que tout ceux qui se sont engagés à mes côtés et m’ont apporté leur soutien ne se gouraient pas tant que ça. Mais du coup, j’ai soudainement du mal à expliquer qu’un type se retrouve, là-bas, si facilement interviewé et "youtubé", tandis que moi comme Seb (mon client) avons vu nos demandes de publication, respectivement sur La Guitare.com et La Chaîne Guitare, rester tout bonnement sans réponse ; n'y aurait-il pas quelque chose à méditer de la part des médias français qui auraient peut-être une part intéressante à gagner à offrir plus d’espace à nos artisans ? Et puis au final, Mr Huort, il est dans une minuscule structure où les moyens manquent toujours cruellement, d’une part pour diffuser plus largement son boulot, mais parfois tout simplement pour mettre en œuvre des projets. Concevoir et développer coûte cher, très cher… Alors dans mon cas, on ne s’attarde pas trop à vouloir empêcher les autres de copier, pardon de s’inspirer, car de toute façon il y aura toujours une faille quelque part et ce ne serait au mieux qu’un jeu sans fin. La meilleure arme qui soit dans mon cas n’est pas d’essayer vainement d’entraver les autres, mais de préférer me brasser la matière grise et de leur coller une longueur d’avance. D’ailleurs à ce propos, vous avez peut-être remarqué la rareté de mes interventions ces derniers temps, et même l’inactivité de ma page FaceBook ? Alors s’agit-il d’une longue sieste ou d’un gros projet en cours ?
  8. Session by Ch.Huort

    Mince alors ! N'hésite pas à relayer les infos via les réseaux, je ferai suivre... (J'espère que c'est un château au moins ?)
  9. Session by Ch.Huort

    Hello Djooh, Exact, d'ailleurs je crois que ce sont ces mêmes soundclips qui ont indirectement mis le feu aux poudres... et surtout des remarques qu'ils ont reçu pour des questions de mise en place, je crois ? Bref peu importe mais c'est dommage pour le sujet. Par ailleurs, à la décharge des modérateurs, ils m'ont proposé de "récupérer" le contenu du sujet et de le remanier en ne gardant que certaines interventions de manière à ne pas interférer avec les contenus de Seb, tout en gardant l'essentiel de cette (sacrée) aventure. J'ai bien conservé une quinzaine de pages de "matos" mais je dois avouer que la remise en forme était assez délicate. Et même si Seb m'avait assuré de rester beau joueur et n'avait aucune intention de s'y opposer, le boulot était tellement pharaonique que j'ai fini par devoir renoncer (faute de temps). Mais finalement peu importe, car avec le recul, non seulement cet instrument vit, mais de plus il fait très bien son job. N'est-ce pas là l'essentiel ? La dernière fabriquée, celle de Wick est la 5ème de la série, le contrat est enfin rempli et le projet "équilibré", si l'on considère que j'avais tablé sur 5 exemplaires pour l’amortissement des gabarits et autres frais d'étude. Quand on s'est embringués dans ce truc, on n'était vraiment loin d'imaginer atteindre ça... Quoiqu'il en soit, et quoi qu'il soit arrivé à ce sujet, pour moi il restera toujours le souvenir une aventure bouillonnante et d'une sacrée prise de risque de la part de Seb, qui avait revendu tout son matos pour financer une grosse part du projet. Et crois-moi, des mecs capables de se jeter à ce point dans le vide, j'en ai pas croisé tous les jours dans ma carrière...
  10. Session by Ch.Huort

    Hello ! Merci BEADG, ce compliment me fait particulièrement plaisir car, pour la petite histoire, au début du projet on était partis (moi et le "client") sur une application très "studio". Sauf qu'après quelques semaines à triturer le sujet, le client m'a ajouté une dernière ligne au cahier des charges, genre... le deuxième effet KissKool. En gros il fallait, tout compte fait, pouvoir assurer des dates sur scène sans provoquer un mouvement de panique parmi les spectateurs des premiers rangs ! Il a donc fallu repenser pas mal d'aspects de cette modularité sur le plan esthétique, et envisager deux postulats : soit tout montrer mais avec élégance, soit en montrer le moins possible tout en suscitant la curiosité (les nanas excellent à ce jeu...). D'où le défi supplémentaire à relever, d'en faire "aussi" une belle demoiselle. Mais comme j'adore les défis...
  11. Session by Ch.Huort

    Hello tout le monde ! Disons que dans ce cas précis, le module (noir) se trouve sur un fond carbone, donc sombre. Mais il peut très bien se trouver sur un fond clair, comme ça a déjà été le cas par deux fois sur d'autres réalisations, sans que ce soit gênant. En fait il ne faut jamais perdre de vue que chaque instrument est construit, non pas en fonction de ce que "moi" j'aime, ni même de ce que je pourrais avoir envie de décider, mais juste en fonction de ce que le client me demande. Il peut donc arriver que certains clients aient envie de "montrer" l'aspect modulaire et d'autres, au contraire, de chercher à "l'estomper"... C'est un libre choix ! De la même manière, j'ai déjà réalisé des modules en finition carbone, mais il est également possible de les envisager assortis à la couleur de la basse (noir, blanc, vert, bleu, rouge... que sais-je ?...) ou même couleur bois et raccord avec la table... etc. Et là, ce ne sont pas les idées qui manquent...
  12. Bassday Rhône Alpes - 9 Avril 2017

    Hello à tous, enfin de retour, tard, hier au soir après avoir retraversé la France dans la largeur... Merci à tout le monde pour cette superbe ambiance et particulièrement à Jean-Luc pour tout ce mal qu'il se donne. Comme je l'ai déjà dit l'an dernier, et je confirme cette année, peu importe ce que l'on amène sous son bras, l'essentiel est d'être là, histoire de partager ce genre d'instant !
  13. Session by Ch.Huort

    Hello misergroovy, ben oui, c'est un peu ce que je me suis dit, HS, mais bon... la précision étant une des bases du métier, soyons exemplaires !
  14. Session by Ch.Huort

    Exact, c'est une plante de l'ordre des ébénacées (genre diospyros), comme "le" plaqueminier. Mais par abus de langage, il est souvent mis au masculin... quand on considère "le" bois d'ébène qui désigne son duramen... la partie noire (du moins dans l'ébène noire). Par habitude, on n'y fait plus trop gaffe, et si j'ajoute à ça les mecs qui disent "du" nacre et "un" vis, et qui en plus insistent, persistent et signent quand on les corrige...
  15. Session by Ch.Huort

    Hello, Oui, touche ébène. Bonne nouvelle, c'est un ébène ondé... deuxième effet "KissCool", les ondes sur l'ébène ça ne se voit que quand on a le nez dessus... Ha, ha ! Pour ma part je suis vraiment content que ce concept décolle un peu, non pas pour le retour sur investissement (lourd !...), mais plus encore pour l'énergie fabuleuse qui a animé ce projet. Et puis au final, c'est sympa de voir qu'un truc développé pour répondre à une demande précise, puisse trouver d'autres échos ça-et-là, après tout, n'est-ce pas le but des forums, d'échanger avec d'autres, et ne pas rester dans son coin avec ses problématiques ?
×