Jump to content
Vib

Vigier Arpège III n° 382 - The complete story

Recommended Posts

Épisode 0, l'origine

- Corps en érable et aulne
- Table en érable flammé (d'après mes recherches, très probablement la seule, ou une des rares Arpége III qui ait été produite dans cette finition).
- Manche traversant 90/10 (90% de bois, 10% de carbone). Barre de 10 mm de carbone qui permet de rigidifier le manche, et d'avoir une meilleure stabilité dans le temps dixit Patrice Vigier.
- Fret zéro
- Chevalet KAHLER
- Touche Phenowood (cellulose imprégnée de résine phénolique. Matériau proche du bois mais n'ayant pas la même sensibilité aux conditions climatiques et à l'humidité. Sa surface très dure, c'est là aussi d'après Vigier un avantage pour l'alignement des frettes et leur maintien.)
- N° série : 382. Elle est sortie de l'atelier le 25/11/98 (gravée 16/12/97 sous le micro chevalet, date de la fabrication du corps j'imagine...) . A noter qu'il n'y a eu que deux Vigier Arpége de produites cette année là.
- Deux micros simples Benedetti
- Préamp alimenté en 18V. La spécificité des Arpège III c'est leur système de 12 mémoires d'égualisation qu'on sélectionne à l'aide d'un des potards (six crans) et du switch (pour avoir 6 + 6 sons)
- Réglage de tonalité actif uniquement sur le micro chevalet.
- Potard push/pull pour passer les micros en opposition de phase


Épisode I, la naissance d'un rêve

J'ai acheté la première fois cette basse courant 2005 à Julien « Pendule » Grunberg. Julien a été le bassiste du groupe Watcha de 1997 à 2006. On peut encore trouver des photos de lui sur le net jouant sur des basses Vigier. Il faisait parti des artistes "officiels" de chez Vigier et disposait d'un stock conséquent de matos de la marque.
Il préférait, de ce qu'il m'avait dit, l'électronique du modèle Passion et m'a donc vendu cette arpège une misère alors qu'elle n'avait pour ainsi dire jamais servie.

A cette époque je n'avais que quelques années de basse et n'avais eu en main qu'une Cort Artisan A4, puis une Jazz Bass Deluxe US.
Je vous laisse donc imaginer le smile en ramenant la bête chez moi.:wub:
Malgré tout et comme Julien, j'ai vite trouvé que l'électronique de cette basse était vraiment mal pensée, surtout en condition live. Le coup des 12 presets c'est très innovant pour l'époque mais pas du tout pratique. J'étais également moyennement emballé par les micros.
Je me suis donc assez vite lancé dans le projet d'upgrader cette basse en commençant par le plus simple, les micros.
Exit donc les simples bobinages Benedetti pour installer fin 2006 des doubles bobinages Crel DB42 avec un cache sur mesure en Wengué. Pour ceux qui ne connaissent pas, CREL c'est une marque Française qui fabrique ses micros à la main. Le boss c'est Pascal Sansous, il est dans le sud près de Pau je crois.
Faute de tune et d'idée pour aller au bout du projet, au delà du changement des micros, je n'avais à l'époque pas touché à l'électronique mais simplement fait schinté le coup des presets et l'opposition de phase au profit d'un push pull pour passer les micros soit en simple soit en double bobinage.


Épisode II, la menace du GAS

La suite, c'est la vie, un déménagement à 400km de paname, plusieurs groupes, de plus en plus de concerts et le GAS qui me pousse à vendre la Vigier au profit d'une Stingray Trans White de 92, pour le coup très plug and play.
On est alors en 2008 ou 2009. Presque 4 ans de vie commune donc avec la Vigier, puis voilà on passe à autre chose.
S'en suivent plus de 10 ans, et autant de basses différentes histoire d'assouvir ma curiosité (MusicMan, Status, Fender, Warmoth, G&L,  Kramer, C. Huort, Warwick...).

 

Épisode III, le retour de la force

J'ai rarement regretté la vente de mon ancien matos à l'exception de cette Vigier qui malgré ses défauts avait été un vrai coup de coeur. Il y a quelques semaines, juste avant noël (2019), je fais donc ce que j'avais pas fait depuis quelque temps, le tour des forums à regarder ce qui se vend en Vigier. Je trouve pas grand chose à vendre hormis une belle Excess Indus, une passion dernière génération qui m'attire pas du tout avec son vernis bling bling et deux trois Passion des 90's plus ou moins défoncées et hors de prix.

Puis, truc que je fais jamais, mais quand je dis jamais c'est jamais, je regarde les basses à vendre sur Leboncoin et tape Vigier Arpège dans le moteur de recherche....

Pam !!! le choc, mon coeur se serre, une Vigier Arpège III table érable.... c'est pas possible. J'en ai jamais vu d'autre à part la mienne y'a 10 ans. Je suis en apnée, clic 3 fois sur le titre, ouvre grand les yeux et hurle "putain c'est la mienne". Avec ses caches micros en Wengue impossible de se tromper. Ni une ni deux j'appelle le vendeur (salut à toi qui traine aussi sur OB), fais péter le livret A avant même de revendre ma basse actuelle (ndlr : si vous avez une Vigier gardez là, la spéculation fonctionne en ce moment...) et compte les heures en attendant que le livreur de Chronopost sonne à ma porte, 10 ans après, avec sous le bras la basse qui m'a réellement fait vibrer pour la première fois.

Elle est dans le même état que quand je l'ai vendue avec ses quelques mini poc que j'avais fait moi, mais rien depuis, et, là aussi c'est un signe du destin, le dernier proprio a fait tomber l'électronique pour passer la basse en full passive. Quand je vous disais que l'électronique était à chier.
En 10 ans elle est passée entre plusieurs mains, certaines d'Onlybass (sauf erreur au moins @Basston33 et @mistergroovy) mais personne n'a osé finir le taf erreur et tant mieux pour moi.:lol:

Ce qui est bon avec l'expérience et les années qui passent c'est qu'on sait davantage ce que l'on veux, le son qu'on aime et qu'on connait plus de choses et surtout plus de gens...

Cette basse c'est... une lutherie de haut vol, un confort extrême, une histoire et des moments de vie en groupe avec elle qui fait que je la kiffe rien qu'en la regardant... mais d'origine une nature timide avec des micros pas à la hauteur, une électronique horrible et un caractère sonore avec des basses très profondes.

Après mettre occupé des micros y a plus de 10 ans, il était temps de s'occuper sérieusement du changement de l'électronique.
J'ai la chance d'habiter pas loin du luthier Christophe Huort, dont j'ai eu une des basses et qui est clairement un monstre de savoir et de technique. Depuis que je suis dans la région c'est "mon" luthier et je ne changerai pour aucun autre.
Un petit coup de fil, une visite à son atelier et quelques discussions plus tard on se met d'accord pour installer dans le coeur de la bête son préampli 3 bandes,  le SR-X3.

Après quelques semaines d'attente, le temps pour Christophe de fabriquer le préamp, de l'installer dans le coeur la bête et voilà cette Vigier Arpège unique qui commence une deuxième vie.

J'ai donc maintenant un blend micros, un double potard basse/aigus, un treble, un switch actif/passif et un vol général.

Conclusion : clairement elle sonnera jamais aussi salement que ma G&L ou comme mon ancienne Stingray, c'est pas une basse de gangster, la lutherie est tellement nickel qu'il n'y a aucun souffle, pas de corde qui frizz, pas de déséquilibre du son... tout ce qui fait parfois d'une basse, la basse rock idéale. Mais avec ces modifs et malgré (ou à cause de) son ADN très chirurgicale je commence à coup de fines modifications à en faire ma basse parfaite.

vigier0.jpgvigier1.jpgvigier2.jpgvigier3.jpgvigier4.jpg

 

Épisode IV, God save the queen
J'ai continué à travailler sur la basse et à identifier ce qui pouvait encore être amélioré. Exit les CREL au profit d'une paire de Status Made In England. :victory:
La raison : continuer à agir sur les fréquences les plus basses. Naturellement cette Arpège sonne un peu trop deep à mon gout. Les status lui on redonné de la clarté et encore plus de dynamique.
vigier5.jpg

Edited by Vib
  • Like 13

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel plaisir de te voir à nouveau comblé par cette excellente basse. À l’époque où je l’ai eu, j’avais également l’Excess Glover et il a fallut faire un choix. Je me souviens que mon preset préféré était le flat ou bypass (un truc du genre) D’ailleurs, j’avais également équipé l’Excess d’une électronique active/passive et je ne la jouais qu’en passif. Les Vigier en passif, c’est du bonheur. 

Éclate toi bien. :)


 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La customisation continue... :ph34r:
Après l'électro, je viens de lancer l'opération (re)changement des micros.

Ces CREL fait sur mesure sont sympas, mais ne correspondent plus au son que je cherche à obtenir avec cette basse.
Les cavités micros étant relativement grandes sur la Vigier, je pouvais envisager à peu près toutes les marques mais mon choix s'est très vite porté sur du Status. 
On reste sur l'esprit des Vigier des premières années,  avec un gros quelque chose en plus que les Benedetti d'origine.

J'ai eu une Status S2 que j'ai trimballé dans un paquet de concerts, les micros sont top, précis, hyper équilibrés et sont proposés à un prix super intéressant.  51£ l'unité. :blink:

Rob est en plus super accessible par mail, ça ne gâche rien. Un peu tout l'inverse de Patrice. Vi... qui ne répond jamais aux sollicitations.

La suite très bientôt :dingue: Enfin si c'est pas la fin du monde avant....

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

P. Vigier, tu as autant de chances de l’avoir au téléphone que de gagner au loto. Même quand j’étais revendeur il n’était pas atteignable. 
Je pense qu’il est au dessus de tout ça maintenant, ce n’est plus le « luthier du quartier ». 

  • +1 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est surement ça, j'y penserais la prochaine fois que j'échange avec Rob Green, mon petit luthier de l'autre coté de l'atlantique. :fouet:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une petite séance de soudure plus tard :goute: la voici chaussée Made In England et ça lui va à ravir.

Les pavés Status sont un peu plus petits. Niveau confort et jouabilité je préfère. Esthétiquement ça passe plutôt bien je trouve. J'ai pris soin de remplir en noir le fond des cavités micros. Je vais donc pas m’embêter à faire des cadres.

Niveau son, on reste dans l'esprit original. Ce qui caractérise cette basse c'est sa très grande jouabilité et sa polyvalence. C'est extrêmement précis sans caractère très marqué ou typique comme pour une Stingray ou une Précision.

La bonne opération c'est que j'ai diminué les basses très lourdes et profondes typiques de la Arpège qui avaient tendance à me gêner sur certains morceaux. Les Status lui ont redonné de la clarté et de la brillance même en passive.

Si j'ai besoin d'encore plus de clarté, je passe en active où le préamp de C. Huort fait le job parfaitement. :wub:

vigier5.jpg

Edited by Vib
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...