Jump to content
silver

Dingwall NG-2

Recommended Posts

Hello !

Retombé par hasard sur ce thread après un dernier passage il y a quelques mois, pour m’apercevoir que personne n’a parlé de la NG-2. Ce post sera mis à jour régulièrement pour ajouter son, photos et remarques, j’essaierai d’être le plus précis possible pour ma première présentation d’une basse.

 

L’histoire:

Jusqu’a présent, il faut dire que j’étais très difficile niveau basse. L’esthétique est pour moi primordiale, et la prise en main doit être parfaite des les premières secondes. Impossible pour moi de garder un instrument avec lequel je ne suis pas à l’aise, même si le son me convient. Ce qui m’a fait bazarder des Fender, Sandberg, Musicman, Warwick... les plus classiques. J’ai besoin de jouer en 5 cordes en permanence, et je me cherchais un peu. Hormis une Cort A5 qui m’a fait découvrir le monde du Si grave (mais les Barto MK1 c’est pas possible), ma première vraie 5 cordes à été une Warwick Corvette $$. Mais après un album enregistré avec, je me rends à l’evidence: ni le son ni la prise en main ne me vont. Passage sur une Stingray 5 et ses 4,8 kilos, je n’en tirais que du boueux avec l’impression d’un âne mort sur l’epaule. Puis vient une magnifique Vigier Passion 5, je resterai un éternel amoureux de ce modèle. Si l’esthetique est parfaite et la lutherie à tomber, côté son impossible de sortir autre chose que des médiums violents, le claquant moderne étant ce qu’elle sait faire de mieux. Je n’ai toujours pas trouvé une basse qui puisse faire un peu de tout, qui puisse claquer au mediator ou sonner rond aux doigts, légère, et belle. Même une Bacchus DX5 repartira très vite, le très encombrant corps de jazz bass en 5 cordes me filant des plaques.

Jusqu’à cet essai sans grand espoir non plus chez BassClubParis de la gamme Dingwall. N’ayant absolument pas les moyens de taper dans le Canadien (surtout en neuf), je regardais déjà la série NG-2 ou Combustion. YouTube ayant fait son œuvre sur moi, les sonorités modernes du combo Dingwall / Darkglass pas encore vraiment à la monde vers 2014 me soufflent: je veux ça. Une fois la bête dans les mains, je suis en terrain connu. Manche plus épais et rond que ce que je pensais aimer, mais assez étroit, forme élancée, 37 pouces sur le Si grave et une légèreté incroyable. C’est un OVNI, une redécouverte, même si le son sur les amplis de M. JM Noir ne me souffle pas encore. Je ne m’attarde pas trop sur le reste et réserve la belle, ma première basse neuve après une quinzaine de modèles.

C’est à ce jour ma basse principale la plus endurante de toutes. Jamais un modèle ne m’avait accompagné autant. Elle passe sur absolument tous les projets, du hard bluesy au thrash bourrin et avec quasiment les mêmes réglages sur l’instrument. Les effets font le reste et modulent le son suivant les besoins. Après un tour sur B3K et B7K, c’est avec l’Alpha&Omega Ultra que j’arrive aux meilleurs résultats côté son: une disto moderne, qui perce comme jamais sans bouffer de graves et bien plus polyvalente qu’il n’y parait. Idéal en trio pour envoyer du pâté ou pour renforcer des rythmiques avec un gratteux pendant un solo.

 

La Basse:

La prise en main est ouffissime, un petit détail change complètement la donne: la position de l’attache sangle arrière, plus haute que la majorité des cas, loin de l’axe du manche en fait. Ayant l’habitude de jouer bas, la basse se pose donc naturellement inclinée, soulageant la main gauche qui n’a pas à pousser le manche pour relever l’instrument. En plus de bien rendre sur les photos (c’est perso hein) la main gauche va chercher naturellement les cases hautes malgré le fanned frets, mais je reconnais que des petites mains ou des petits gabarits peuvent se sentir gênés. Pour autant, la basse est loin de passer pour un camion, comme l’a été la Stingray pour moi. On a presque l’impression d’avoir un jouet dans les mains, avec un rendu rappelant la Cort A5 de mes débuts. C’est maniable, prêt à répondre sans soucis, mais ne pardonne pas d’erreur comme une basse haut de gamme.

On est tout de même loin de la lutherie de Vigier il faut le reconnaître. L’aspect brut, simple au final s’eloigne des formes alambiquées de la Passion. Manche et touche érable très agréables, corps vernis sans fioriture avec matching headstock, peu d’extravagance de ce côté là mais le travail reste bien fait. On est sur du Made In China, contrôlé au Canada mais quand même. Le frettage est très bon, mécaniques hipshot qui ne bougent pas, seul le chevalet a tendance à perdre les petites vis de fixation des pontets (j’en suis à ma seconde vis perdue). 

Electronique 18v (avec cache AIMANTÉ pour changer les piles, hallelujah !), 3 bandes avec 4 configs micro, volume et switch actif passif. Je joue rarement avec l’egalisation, tout à midi pour garder les mêmes repères sur toutes mes basses. J’en demande finalement très peu à cette électronique qui a de quoi contenter tout le monde, restant sur la config typée Musicman (je détaillerai plus tard). C’est la config qui apporte le plus de patate, avec quelques écarts sur la position Pb de temps en temps. 

 

Son:

Bourrin Inside ! Après pas mal d’années chez GK, me voilà chez Mesa Boogie et le 4x12 de les rêves, armé d’une M6 Carbine. Et le trio Dingwall - Darkglass - Mesa est imparable, une combinaison chiante à transporter mais que beaucoup de monde envie. Avec des médiums pourtant creusés sur la M6, le son perce comme jamais en toute circonstance, avec des graves toujours présents pour peu que l’on ait un peu de recul. Nuancer aux doigts est toujours possible, sans même toucher au bouton de volume, pour attaquer comme une brute quelques secondes plus tard. Versatile on vous dit !

Ne cherchez pas le côté Vintage ici, même si les positions extrêmes en PB ou jazz pourraient vous surprendre. La basse est taillée pour jouer moderne, l’electro Darkglass ne faisant pas dans la dentelle. Néanmoins il n’est pas impossible de calmer la bête en jouant du potard, c’est juste pas ce que je recherche. Le claquant que j’aimais chez Vigier est présent, en moins ‘clair’, net, plus chargé en graves quoi, plus facilement domptable aussi. Envoyer du gras pour du reggae doit être largement possible, comme claquer en slap sur du Korn en quelques secondes de réglages. C’est à ce jour le meilleur compromis qu’il m’ait été possible d’essayer, sur tous les points cités au dessus.

 

Suite en cours d’ecriture !

Edited by silver
  • Like 2
  • +1 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai bossé çà sur la BG-2.

Pour le slap, je trouve que c'est vraiment une super basse. Même si je cale quelques pains lol.

 

Edited by Matt Preacherz

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...