Jump to content
Daimdaim

Trouver la tonalité d'une partition.

Recommended Posts

Bonjour :ph34r:

Etant tout noob en solfège, j'aimerais faire quelque-chose:

J'ai plein (1000+) de partitions guitarpro issues d'internet ou importées de fichiers midi.

Problème, la tonalité de la partition n'est jamais précisée. J'aimerais donc pouvoir la trouver "relativement facilement", sans connaître toutes les gammes/modes/tonalités, sans avoir les réflexes. . En étant débutant quoi :D

Idéalement une méthode logicielle puisque j'ai beaucoup de fichiers.

Deux exemples.

Screen_Hunter_3530_Jul_05_00_00.jpg
Screen_Hunter_3531_Jul_05_00_00.jpg

Voyez, rien à l'armure, et pourtant ce n'est pas du do majeur.

Merci

Edited by Daimdaim

Share this post


Link to post
Share on other sites

"relativement facilement", c'est regarder les altérations qui apparaissent fréquemment, en tout cas si ça module pas trop.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

avec de l'ABC, c'est relativement facile. Tu crées une grille diatonique, tu place ton morceau dessus, et tu décale pour trouver le moment où les demi-tons s'ajustent.

Grosso-modo, il faut que ton morceau se pose sur les touches blanches du piano.

Seconde manière de vérifier : tu regarde le dernier accord, ou la dernière cadence. En général − et depuis Bach −, un morceau de musique se termine sur un accord dans la tonalité du morceau. Dans ton « Imagine », la dernière séquence musicale s'achève sur un La - Do La. Le morceau serait donc en La, avec une tierce en Do, donc mineure.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A l’oreille. 

La premiere c’est en D majeur

la deuxième en G majeur.

soit tu entends la musique en la lisant. Soit ben faut jouer pour entendre le ton. 

Sur ces 2 exemples c’est évident tout de suite à l’oreille. 

La note de tonalité c’est la note la plus stable. Pose toi la question : Quelle est la meilleure note pour conclure ?

Edited by gre
  • +1 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui ok avec la seconde manière donnée par asr.
Ne jamais oublier une précieuse alliée : l'oreille ! Généralement la musique finit dans la tonalité qui est la sienne ( mais qui parfois est différente de celle initiale ).
Ainsi, l'accord parfait ( ex : do-mi-sol pour DO M, la - do - mi pour La m ) de la tona prinicipale apporte naturellement une impression conclusive : on s'y trouve bien, ça "conclut" la musique qu'on vient d'entendre. Après, y a plein de contre-exemples ( et heureusement, c'est la surprise qui peut naitre de la musique ), mais ils confirment la règle :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 39 minutes, asr a dit :

Salut,

avec de l'ABC, c'est relativement facile. Tu crées une grille diatonique, tu place ton morceau dessus, et tu décale pour trouver le moment où les demi-tons s'ajustent.

Grosso-modo, il faut que ton morceau se pose sur les touches blanches du piano.

Seconde manière de vérifier : tu regarde le dernier accord, ou la dernière cadence. En général − et depuis Bach −, un morceau de musique se termine sur un accord dans la tonalité du morceau. Dans ton « Imagine », la dernière séquence musicale s'achève sur un La - Do La. Le morceau serait donc en La, avec une tierce en Do, donc mineure.

C'est un la# do la# et non un la. Si tu ne te fie pas à ton oreille c'est mort. a cet endroit on est sur La#7 qui va conclure sur un D#Majeur qui n'est pas noté sur la partition. Le morceau a modulé d'un 1/2T à la mesure 49. La théorie c'est bien mais il faut quelle soit corrélée avec l'oreille et donc aussi le rythme harmonique. La dernière mesure dont tu parles n'est pas une mesure de conclusion c'est une mesure faible c'est pas la place d'un 1er degrés.  

Edited by gre
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est la note qui tu arrives à siffler tout au long du morceau (ou d'une section, s'il y a des changements de tonalité en cours de route) et qui sonne toujours juste.

Et sinon, la note de fin, comme expliqué plus haut.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, gre a dit :

Pose toi la question : Quelle est la meilleure note pour conclure ?

A propos de la note de fin. C'est l'auditeur qui doit la déterminer et non se fier à la note final du compositeur (qui est souvent très taquin)

Donc se poser la question Quelle est la meilleure note pour conclure ?

et non : qu'elle est la note que le compositeur à utiliser pour conclure ce morceau ?

  • +1 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oubliez pas que je connais que do majeur moi lô:(

 

En plus un morceau peut être dans une tonalité/gamme donnée, mais en sortir de temps à autres via des altérations accidentelles non? 

Edited by Daimdaim

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un peu plus compliqué que ça .....

Il y a effectivement toute une théorie musicale à apprendre pour trouver les tonalités , c'est très méthodique . La tonalité , en tous cas , dépend directement de ce qui se trouve à l'armature et détermine l'accord qui domine le morceau . 

Les 2 exemples que tu as édités sont typiques des aberrations que l'on trouve en grande quantité sur le net : des écritures complètement farfelues qui ne respectent pas les règles de la musique , pas étonnant que tu ne t'y retrouves pas avec ça . 

Womann de J. Lennon serait donc en Ré , il devrait y avoir 2# à la clé plutôt que d'écrire tous les Fa en # , puis dans la 2e partie , ça monte d'un ton , on est donc en mi , il devrait y avoir une double barre de mesure pour signaler ce changement et passer avec 4# à l'armature . En plus d'une écriture totalement incorrecte , le relevé est loin de coller au morceau sur la rythmique . 

:(

VIENS CHEZ MOI de Renaud est en sol , il devrait donc être écrit avec 1# à la clé . 

J'avais fait un post sur ce forum sur la méthode pour trouver les tonalités , j'essaie de le retrouver . 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vas voir dans ce sujet   ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mes excuses , oui ça monte d'un demi-ton , pas d'un ton . 

Alors on ne passe pas  en Ré# mais en Mib , avec 3b à la clé . 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ré# ça te plait pas comme tona :D

c'est sympa pourtant avec des mi et des si# et des fa et do double#

Share this post


Link to post
Share on other sites

non , quand on monte d'un demi-ton il est toujours diatonique , jamais chromatique

Share this post


Link to post
Share on other sites

pareil quand on descend d'ailleurs , mais c'est plus rare qu'on descende

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/07/2018 à 11:02, Daimdaim a dit :

Oubliez pas que je connais que do majeur moi lô:(

 

En plus un morceau peut être dans une tonalité/gamme donnée, mais en sortir de temps à autres via des altérations accidentelles non? 

Non, c'est pas parcequ'une note n'est pas dans la gamme de la tonalité qu'il y a changement de tonalité.

C'est juste des chromatismes.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/07/2018 à 09:26, Alshain a dit :

C'est la note qui tu arrives à siffler tout au long du morceau (ou d'une section, s'il y a des changements de tonalité en cours de route) et qui sonne toujours juste.

Sur ce morceau on voit que ça ne marche pas.

 

 

Le 05/07/2018 à 09:26, Alshain a dit :

Et sinon, la note de fin, comme expliqué plus haut.

ça marche pas complètement non plus sur ce morceau, la note de fin n'est pas vraiment la note de fin, elle est là, mais ils veulent un peu la dissimuler.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu progresseras bien plus en musique si tu essayes de réussir à le faire à l'oreille.

Avant de commencer à chanter, une chorale va toujours poser la note de la tonalité du morceau.

Trouver la tonalité d'un morceau c'est le même principe, c'est à dire trouver la note sur lequel le morceau est posé.

La tonalité c'est avant tout UNE note, une seule, et ce avant de se poser la question de quelles sont les altérations sur les autres notes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

j’ai une autre méthode, peut-être plus empirique, qui consiste à relever la grille d’un morceau. Dans la musique pop/rock/rnb/funk et même très souvent en jazz, la basse donne la fondamentale de l’accord sur lequel tout le monde se cale dans la démarche harmonique. En regardant la ligne de basse tu peux trouver aussi si l’accord est majeur ou mineur, mais c’est plus intéressant et utile de le faire en fonction des accords entre eux.

Cela fait maintenant plus de 20 ans que je joue comme ça et c’est pratique pour travailler des morceaux très longs, comme Echoes ou Shine on your crazy Diamond du Floyd ou quand une chanteuse te dit : « ce serait bien qu’on baisse d’un ton sur ce morceau »:dwarf:. Bien sûr ça nécessite quelques préalables : connaître son manche, savoir à minima comment sont structurées les gammes (quel écart est normal ou diminué surtout) et les accords dans ces gammes, et aussi connaître la notation US des accords : Am ou BbM7 par exemple. Au bout d’un moment, tu ne réfléchis plus en termes de notes mais de position sur ton manche et d’écarts. Les autres avantages : le nombre de dièses ou de bémol à la clés, tu t’en fous un peu (vous avez vraiment déjà parlé de ça en répète, même en jazz ?), et c’est plus simples de faire des fills. Il y a une méthode plus de psychopathe, dite de Nashville, où tu ne notes plus le nom des accords mais leur position dans la gamme en chiffre romain. Par exemple, dans une gamme de La majeur, le La ne sera pas noté A mais I, le Si mineur ne pas sera noté Bm7 mais IIm7, le Mi sera noté V etc. Une méthode sûrement inventée par des zicos qui ont dû changer 4 fois de tonalité pour un même morceau en une heure (du vécu ...).

L’idée de base de bosser comme ça est de pouvoir repérer rapidement ce que tu peux faire ou pas faire (les oreilles sont très utiles pour ça) sans passer par la case combien de dièses à la clés ? quelle gamme ? mais en se disant là je suis en La mineur puis ça passe en Sol, puis Si et ainsi de suite etc. C’est plus simple pour jouer avec d’autres gens aussi. Une fois, j’ai fait un boeuf avec un accordéoniste qui me disait le nom de l’accord qu’il allait faire avant chaque changement ... de la haute voltige ! J’allais pas lui demander : t’as combien de bémols à la clès ?

a+

Edited by Ze bass

Share this post


Link to post
Share on other sites

En l'état j'ai mis mon stock de partitions de côté et je focalise plus sur les transcriptions.

J'utilise le site posté plus haut pour connaître la tonalité d'un morceau que je vais travailler, ce dans un but précis: faire coïncider le morceau que je transcris avec la gamme que je travaille sur la méthode (dariz). Comme ça quand je travaillerai disons le Fa majeur, j'entamerai la transcription de morceaux simples en fa majeur.

Mais par la suite le but est de trouver moi même la tonalitude.

Edited by Daimdaim

Share this post


Link to post
Share on other sites

mise à part de travailler tes gammes , dans toutes les tonalités   ( vaste sujet )  ,

travaille les mélodies des morceaux que tu joues ,   tu es en Fa   et la mélodie en Fa  , ça t'apprendra aussi  à faire sonner ta gamme  de façon mélodique 

et de remarquer  que certains intervalles  sonnent bien  dans un certain ordre  ,   un bon complément  au travail technique en gros ...

après quand tu connais ton manche , c'est assez rapide  de trouver la tonalité ou quand ça frotte , de penser autre tonalité  , beaucoup de morceaux sont pensés 1 tonalité

mais  pas tous ...

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/07/2018 à 11:49, Daimdaim a dit :

En l'état j'ai mis mon stock de partitions de côté et je focalise plus sur les transcriptions.

J'utilise le site posté plus haut pour connaître la tonalité d'un morceau que je vais travailler, ce dans un but précis: faire coïncider le morceau que je transcris avec la gamme que je travaille sur la méthode (dariz). Comme ça quand je travaillerai disons le Fa majeur, j'entamerai la transcription de morceaux simples en fa majeur.

Mais par la suite le but est de trouver moi même la tonalitude.

Dans l'absolu il y a qu'une tonalité. (En fait dans le relatif)

Que tu sois en fa majeur ou en ré mineur ou en la majeur ou en la mineur, le centre tonal sonnera toujours comme un centre tonal.

La gamme majeure sonnera toujours comme une gamme majeure quelque soit le ton.

 

Ien fait il y a pas de plus value à bosser un morceau pour chaque tonalité, autant bosser le même morceau dans toutes les tonalités.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎21‎/‎07‎/‎2018 à 10:22, Ze bass a dit :

Salut,

j’ai une autre méthode, peut-être plus empirique, qui consiste à relever la grille d’un morceau. Dans la musique pop/rock/rnb/funk et même très souvent en jazz, la basse donne la fondamentale de l’accord sur lequel tout le monde se cale dans la démarche harmonique. En regardant la ligne de basse tu peux trouver aussi si l’accord est majeur ou mineur, mais c’est plus intéressant et utile de le faire en fonction des accords entre eux.

Cela fait maintenant plus de 20 ans que je joue comme ça et c’est pratique pour travailler des morceaux très longs, comme Echoes ou Shine on your crazy Diamond du Floyd ou quand une chanteuse te dit : « ce serait bien qu’on baisse d’un ton sur ce morceau »:dwarf:. Bien sûr ça nécessite quelques préalables : connaître son manche, savoir à minima comment sont structurées les gammes (quel écart est normal ou diminué surtout) et les accords dans ces gammes, et aussi connaître la notation US des accords : Am ou BbM7 par exemple. Au bout d’un moment, tu ne réfléchis plus en termes de notes mais de position sur ton manche et d’écarts. Les autres avantages : le nombre de dièses ou de bémol à la clés, tu t’en fous un peu (vous avez vraiment déjà parlé de ça en répète, même en jazz ?), et c’est plus simples de faire des fills. Il y a une méthode plus de psychopathe, dite de Nashville, où tu ne notes plus le nom des accords mais leur position dans la gamme en chiffre romain. Par exemple, dans une gamme de La majeur, le La ne sera pas noté A mais I, le Si mineur ne pas sera noté Bm7 mais IIm7, le Mi sera noté V etc. Une méthode sûrement inventée par des zicos qui ont dû changer 4 fois de tonalité pour un même morceau en une heure (du vécu ...).

L’idée de base de bosser comme ça est de pouvoir repérer rapidement ce que tu peux faire ou pas faire (les oreilles sont très utiles pour ça) sans passer par la case combien de dièses à la clés ? quelle gamme ? mais en se disant là je suis en La mineur puis ça passe en Sol, puis Si et ainsi de suite etc. C’est plus simple pour jouer avec d’autres gens aussi. Une fois, j’ai fait un boeuf avec un accordéoniste qui me disait le nom de l’accord qu’il allait faire avant chaque changement ... de la haute voltige ! J’allais pas lui demander : t’as combien de bémols à la clès ?

a+

Bon ça c'est quand même la méthode des gens qui ne maitrisent pas le solfège et l'harmonie ….

Moi j'ai bossé avec un bon nombre d'accordéonistes et de pianistes et la question avant de débuter un morceau c'est : " en quel ton ? " . Si le gars te répond correctement , tu sais ce qu'il y a en # ou b à la clé et tu sais quels vont être les principaux accords . Et connaître cette architecture de la musique ça aide bien quand il faut transposer . Et puis bien connaitre son manche : oui bien sûr , mais ça marche parce qu'on est sur un forum de basse (et les guitaristes sont les pires fainéants dans le domaine : quand ça se complique un peu ils marchent au capodastre ! ) mais je suis aussi trompettiste et quand le pianiste te dit "on monte d'une tierce mineure !" faut bien savoir ce que ça va donner , il n'est pas question de décaler de 5 cases.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×