Jump to content
Mmarc

Standards de Jazz : quelles gammes pour les chorus

Recommended Posts

Bonjour,

 

Je commence à essayer de chorusser sur des standards de jazz. Et je suis souvent perdu dans les suites d'accords pour savoir sur quelles gammes improviser.

Comme il y a souvent des changements de tonalité au sein d'un même morceaux, des passages de majeur à mineur (et inversement), en général l'armure à la clé ne permet pas de déterminer la gamme unique à utiliser pour le morceaux... puisque de ce que j'ai compris, il a y rarement une gamme unique.

Sur les II V I majeurs et mineurs, ou les anatoles, je sais sur quelle gamme jouer. Là où ça se complique, c'est ... pour le reste. Notamment lorsqu'il y a des substitutions d'accords que je ne remarque pas rapidement.

D'où ma question : existe t il une méthode, un site internet, etc qui décortique les standards de jazz et permettent d'en déduire (en expliquant comment) les gammes sur lesquelels jouer selon les parties du morceau en question ?

Pour le moment, j'ai trouvé "Playing the changes, a linear approch to improvisation", qui n'est pas satisfaisant car on n'y comprends pas comment décider sur quelles gamme ou mode jouer. LE principe : il y a une note clé, et on joue sur les modes autour, et tout se trouve facilement d'oreille...

J'ai aussi trouvé "the jazz standards progression book", mais la notation me parait curieuse :

http://mdecks.com/jazzstandards.phtml

 

L'idée serait de trouver des analyses du type de celles du site guitare improvisation, mais avec beaucoup de standards :

https://www.guitare-improvisation.com/analyser_analyses-de-morceaux-jazz.php

Ou comme sur ce site :

http://www.thejazzpianosite.com/jazz-piano-lessons/jazz-chord-progressions/how-to-analyse-a-chord-progression-harmonic-analysis/

Merci à vous.

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il existe déjà un topic sur le jazz et ses généralités où tu trouveras un paquet d'infos.

Je pense qu'il faut pas penser gammes mais plutôt arpèges et intervalles, je me suis mangé le cerveau pendant des années avec ça quand j'étais à l'école de jazz, je connaissais mes gammes, mes modes, la théorie tout ça tout ça, mais j'utilisais pas les arpèges et mon cerveau fumait du coup j'ai lâché le jazz pendant des années parce que je prenais aucun plaisir ça me faisais chier tout simplement, ou je me contentais d'être accompagnateur car ça je sais faire et ça me plaisais.

Tout devient plus simple et chantant quand tu penses arpège et intervalles et quand tu commences à maitriser ça même si tu ne connais pas tes gammes elles viendront naturellement sous les doigts, tu deviens capable à faire défiler une grille seul sans accompagnement et faire entendre la structure, tout est plus visuel sur le manche, tu connais tes intervalles, tu lis mieux les notes sur le manche, etc... Pour moi c'est la base je ne pense presque plus jamais en terme de gamme ça m'a vraiment changé la vie.

Et donc pour tout ça nul besoin de méthode, un arpège c'est juste l'accord décomposé, en tant que bassiste tu devrais les connaître j'imagine ? Si ce n'est pas le cas il faut impérativement que tu commences par ça parce que c'est la base du bassiste. Un walking n'est rien d'autre qu'une improvisation rythmique à partir d'arpèges et d'intervalles, il te suffit de changer le rythme et t'es dans le solo.

Après les gammes les plus répandu en jazz t'as la gamme majeur/mineur et beaucoup de mineur mélodique et diminué, avec ça t'as déjà un bon vocabulaire mais là encore faut savoir les faire chanter, la gamme mineur mélodique est vraiment difficile à faire chanter si tu la penses gamme, la gamme diminué aussi, si tu la pense intervalles là ça cause déjà bien mieux. Mais tu peux aussi jouer du mineur harmonique, la gamme ton par ton et j'en passe, le jazz permet vraiment beaucoup de choses, c'est un puis sans fond, les chromatismes aussi très utilisés.

  • +1 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

perso , c'est l’inverse djooh ,

j'ai pourtant commencé  par les accords , les gammes ( et modes )   et  tonalités  ...

une impro sur les accords ,  ça faisait  gros hachis parmentier  ,  et suivre une grille   comme ça , faisait fumer la cervelle  ..

donc tonalité , ça permettait  de prendre une serie d'accords , et d'improviser plus librement ....  

aprés ,  j'ai toujours entendu  la phrase  "   l'improvisation , c'est prendre le thème  , et tourner autour  "   et dans le thème  , tu auras les éléments   de réponses  , aux outils à travailler  ...  un thème  peut être pensé  par  un mixolydien   ( morceau en F  pour la grille , mais C  mixo  pour le thème )   ou même avec la mineure harmonique  etc..

il y a aussi des arpèges dedans  etc..     mais au delà de ça ,   c'est le langage ,   et ça  oriente  pas mal , le changement de tonalité  se sentira encore mieux ...  

prendre par exemple une grille de bebop  ,  ça sonne blues  ,  et voir comment  un Charlie Parker  pense son thème  ?:huh::blink::icon_couteau:....

aprés bosser ses gammes  , modes , accords  , oui ,  ça développe l'oreille  ,  et quand tu entends  une impro ,  tu devines pas mal  , ce qui peut être utilisé  .. 

avec le temps  , sans être non plus spécialiste  , j'utilise plein de choses  , un bout de si ou de ça  ..  je cherche plus le langage ,  et surtout  avoir le théme en tête ..

pour une walk  , oui , suivre la grille , mais ça dévie aussi sur  une gamme bien souvent ...

en fait ça devient personnel tout ça  , même  si  on a commencé à ranger les choses dans les boites , avec des étiquettes ....   on te dit  le myxolydien    c'est pour l'accord X7 

le mode blabla pour cet accord  etc..    et tu t'aperçois que rien est figé  par la théorie  au final ... 

aprés perso , j'aime bien écouter un même morceau , par un sax , un pianiste etc...  et voir comme lui pense le morceau et l'impro  .. peu de notes qui sonnent ( ça c'est dur )

beaucoup de notes qui racontent quelque chose  ( c'est aussi très dur )  ,  mais quand ça vous parle ,  chercher pourquoi  :hi:...    

une chose à écouter aussi , c'est  le rythme de l'impro  , croches , croches ternaires , triolets etc ...  

topic intéressant ,  j'aime l'avis des autres à ce sujet  :Laie_28:   

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'écoutais ça tout à l'heure  , beaucoup de feeling  peu de notes , et des phrases  qui racontent quelque choses 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me suis toujours considéré comme "novice" en jazz, du fait que je ne suis pas tombé dans la marmite étant petit, et parce que je joue essentiellement avec des gens qui ont 20 à 30 ans de plus que moi, amateurs pour la plupart, et que limite je fais tâche quand je les côtoie, vu la manière dont j'aborde le jazz (autodidacte, technique de jeu atypique etc.).

Malgré cela, quand je joue des standards, au-delà du fait d'apprendre le thème pour pouvoir tourner autour lorsqu'on envoie un chorus, je cherche le plus souvent à simplifier les outils à employer. Exit dont la succession d'arpèges en fonction des accords, je vais chercher surtout à isoler la ou les tonalités que je rencontre : je ne vous apprends rien, un II-V-I ou un anatole, ce n'est jamais que la gamme Majeure du 1er degré concerné, donc j'improvise sur ces cadences avec la gamme Majeure, peu importe le point de départ dans la gamme. Ainsi, lorsque je joue Dorien sur un degré II, je suis toujours dans la gamme Majeure en rapport avec le degré I.
Exemple avec Black Nile pour ceux qui le connaissent, même si je pense Phrygien sur Dmin au début du A (voire plutôt Lydien sur le Eb7), on reste toujours dans la gamme Majeure de Bb, finalement les modes ne sont que des positions de jeu dans ce cas-là.
Par ailleurs je joue aussi des trucs en fonction de mes goûts personnels : Si on tourne plusieurs mesures sur un accord mineur, je vais partir très souvent en mineur mélodique pour secouer un peu l'auditoire, ou si on traîne sur un accord 7, la gamme par tons sort plus facilement.

Le souci que j'ai parfois c'est que les gens que j'accompagne n'arrive pas forcément à suivre lorsque j'improvise, d'une part parce qu'ils ont la sale habitude de ne pas jouer lorsque la basse chorusse (manie héritée de la contrebasse), d'autre part parce que je n'aime pas forcément jouer la grille comme eux voudraient que je la joue pendant le solo.
C'est quand même un sacré paradoxe : les gars s'arrêtent de jouer mais galèrent à reprendre le fil si on ne se plie pas à l'exercice de façon "classique".
Mais bon, vu le fossé générationnel et la différence dans la façon de travailler, je cherche pas plus loin, et je continue à développer mon langage et ma boîte à outils jazz dans mon coin.

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, AlexB6 a dit :

Japprends rien, un II-V-I ou un anatole, ce n'est jamais que la gamme Majeure du 1er degré concerné, donc j'improvise sur ces cadences avec la gamme Majeure

effectivement  ,  j'ai poussé une fois le truc , à chercher  s'il y avait les modes des modes ,  donc cherché à trouver les 7 modes  d'un mixolydien  , et j'ai vite arrêté , puisque je trouvais les positions des autres modes  de la gamme majeure ..     par contre  jouer un ionien  sur un CM7   mouais  bof  , aller chercher le D dorien dessus est plus mieux ,  ça ouvre un peu plus l'harmonie , ou le mixo , qui sonnera plus blues (G7  ) ..      aprés , c'est vrai que dans les grilles on passe souvent de majeur à mineur  , choix du compositeur ?

dans ce cas là on  traite le IIV I  mineur , en mineur  , sans être une obligation ...  A aeolien  ou A mineure harmonique  en tonalité de C  ... ( selon le tempo , pas le temps  , ou aller à l'essentiel des 3 accords ) 

oui , jouer le grille seul ,  pas évident quand il y a pas mal d'accords  , d'où le fait de se repérer au thème , ou vraiment entendre la grille   ... 

en parlant du monsieur   au dessus  , je suis tombé sur sa version jazz  , d'un morceau connu  , plus simple d'entendre les choses , mise à par que son phrasé est trés jazz 

 

on sent bien qu'il connait le théme ,  mais fini  par le dissoudre  , ou l ' enjoliver sacrément bien  ....

et quand c'est chouette  , faut lui repiquer sa phrase :rolleyes: ( et essayer de l'analyser après )  ...

 

ce n'est que ma  vision d'apprenti  :mouton::db:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ma citation est tronquée, j'ai bien précisé derrière "peu importe le point de départ dans la gamme" , ce qui veut dire que lorsque j'improvise, j'ai bien conscience d'être dans la gamme Majeure qui correspond à la tonalité de l'instant, mais que je ne m'amuse pas à monter et descendre la gamme en l'état ! :goute:
Je viens de faire un petit test sur un II-V-I en Fa Majeur, typiquement j'arpège la plupart du temps sur le degré III, en tout cas spontanément je retourne à cette position de jeu assez souvent, et essentiellement en descendant vers le degré III, soit 7->5->3 sur Fa Majeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas sûr de bien comprendre. Qu'est ce que tu entends par : "j'arpège sur le degré III" ?

Tu joues un arpège de Am7 comme un motif (III mode de Fa / phrygien) ou bien tu arpèges un FaM7 descendant en visant la 3ce (mi->do->la) ?

Edited by Jazz86

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, pastaoune a dit :

perso , c'est l’inverse djooh...

L'inverse par rapport à quoi ? C'est pas très clair... Tu préfère penser gammes qu'arpèges/intervalles ?

Il y a 20 heures, AlexB6 a dit :

un II-V-I ou un anatole, ce n'est jamais que la gamme Majeure du 1er degré concerné, donc j'improvise sur ces cadences avec la gamme Majeure, peu importe le point de départ dans la gamme. Ainsi, lorsque je joue Dorien sur un degré II, je suis toujours dans la gamme Majeure en rapport avec le degré I.

Alors attention, dans un II-V-I on ne parle absolument pas de mode. Dire je joue Dorien sur le II, mixo sur le V et Ionien sur le I ça n'existe pas. Les modes rentrent en comptent sur des accords isolés ou là effectivement on lui attribue le mode correspondant, ou sur de la musique dite modal avec par exemple une grille à 2 accords "ouvert" dans le morceau qui ouvre les possibilités de leur attribuer plusieurs modes différent, mais c'est pas parce que ça module que c'est modal, bon ça c'est un autre sujet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Jazz86 : L'arpège de Am7 me sert de structure principale, mais en effet si tu descends jusqu'au Fa, ça revient à arpéger sur Fa Majeur.
C'est bien pour cela que je m'évertue à dire qu'en réalité dans ce contexte je joue toujours en gamme Majeure, juste que j'utilise préférentiellement tel ou tel outil, parce qu'à mes oreilles ça me plaît. :whistling:
Dans les faits, je ne joue pas uniquement l'arpège de Am7, en termes de doigtés c'est ma structure, en réalité je joue autour et je phrase d'une certaine façon.
Faudrait que je vous fasse une vidéo, ça serait bien plus parlant que de tenter de décrire ce que je joue notes à notes ! :goute:

@Djooh : Quand je précise que je joue Dorien sur le II, c'est comme pour @pastaoune plus haut qui tronque ma citation, j'explicite simplement le fait que "dérouler les notes de la gamme Majeure à partir du degré II revient à jouer la gamme Majeure qui correspond au degré I".
Il est évident que citer les modes sur les degrés qui leur correspondent, c'est limite du "pléonasme jazzistique".
De toute façon, sur un degré II je joue mineur mélodique la plupart du temps. :ph34r:

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Alex de ta réponse. Je suis un peu troublé par l'utilisation que tu fais du terme "degré" mais c'est peut-être moi qui n'utilise pas les bons termes.

Perso, je pense "degré" (chiffre romain) pour un arpège ou un mode mais pour une note précise de cet arpège ou de ce mode je pense à son nom issu de l'intervalle (F, 2nde, 3ce ...) auquel j'ajoute éventuellement sa qualité (majeur, mineur, juste, augmentè ...). Par exemple si je joue un Sol dans un II V I en Fa majeur, et que ma reference au moment où je joue une phrase est Fa majeur, je me dis que je viens de jouer une 2nde (qui est majeur puisque nous sommes en mode Ionien). Par contre, si ma reference est le La Phrygien (mode issu du IIIème degré de Fa majeur), je me dis que je viens de jouer une 7ème (mineure en l'occurrence). Bref, les chiffres romains pour les modes et arpèges/accords et les chiffres romains pour les notes. Je sais pas si c'est correct, mais en tout cas c'est plus clair pour moi.

Ainsi je ne pense pas les modes et les arpèges comme une structure fixe et sa forme sur le manche mais comme une combinaison de "chiffres romains" par exemple lorsque je joue en Dorien, je me dis que je dois jouer une Fondamentale, une 2nde majeure, une 3ce mineure ... une septième mineure. Du coup, pas besoin de memoriser des schémas entiers sur le manche mais juste de connaitre la position des fondamentales sur tout le manche ainsi que la position géographique relative de chaque note par rapport à la fondamentale (ex : la 7ème mineure se situe 2 cases avant la fondamentale sur la même corde et 3 cases après sur la corde d'au-dessus). Ça me permet même de varier à volo le mode dans lequel je suis en train de jouer. Exemple, je joue en Dorien et je décide de jouer une "9b" au lieu d'une "9". Et bien je viens de passer "Dorien 9b" (2ème mode du mineur mélodique)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous continuez à parler de modes dans un contexte tonal puisque l'on parle de II-V-I encore une fois, il n'y a pas de modes là-dedans.

il y a 40 minutes, Jazz86 a dit :

pas besoin de memoriser des schémas entiers sur le manche mais juste de connaitre la position des fondamentales sur tout le manche ainsi que la position géographique relative de chaque note par rapport à la fondamentale

C'est exactement ce que je préconisais dans ma première réponse, à mon sens c'est bien plus essentiel que de connaitre ses positions, c'est exactement de cette manière que j'ai franchi un cap et y voit plus clair alors qu'avant je ne pensais que gammes je me mangeais le cerveau et c'était surtout pas un brin musical. Il vaut mieux faire moins de notes mais viser juste et pour ça, rien de mieux que les arpèges et intervalles à mon sens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi ne pas parler de modes dans un contexte tonal ? C'est pas plus simple ?

Par exemple, je connais un lick en Dorien. Pourquoi ne pas le jouer en pensant IIème degré du II V I plutot que de se demander : quel lick je connais en tonalité majeur ? De même si je veux jouer un arpège Xm7, je peux le jouer depuis le IIème, IIIème et VIème degré de cette tonalité.

Pour moi, ça me parait plus simple. J'apprends un truc dans un mode et je n'ai plus qu'à le transposer dans la tonalité. Remarque, on doit sûrement pouvoir tout apprendre en référence à la gamme majeure mais les modes me permette de mieux organiser le merdier ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Djooh a dit :

L'inverse par rapport à quoi ? C'est pas très clair... Tu préfère penser gammes qu'arpèges/intervalles ?

 

 

Le 20/04/2019 à 14:19, Djooh a dit :

Je pense qu'il faut pas penser gammes mais plutôt arpèges et intervalles, je me suis mangé le cerveau pendant des années avec ça quand j'étais à l'école de jazz, je connaissais mes gammes, mes modes, la théorie tout ça tout ça, mais j'utilisais pas les arpèges et mon cerveau fumait du coup j'ai lâché le jazz pendant des années parce que je prenais aucun plaisir ça me faisais chier tout simplement, ou je me contentais d'être accompagnateur car ça je sais faire et ça me plaisais.

je me suis peut être trompé sur ton explication  :) 

je prends  ta citation  , comme  jouer sur  sur un morceau à partir de gammes  , faisait  fumer ton cerveau  ... et que ça semblait plus simple de penser arpéges/accords /intervalles ...

donc  , j'ai répondu , que pour moi , c’était l'inverse  ,  pour une walk , pas de soucis , c'est les bases , mais l'impro  , je ne voyait pas le bout du tunnel  , à ne jouer que sur les arpèges  , ou même triades  ...   faut se remettre  dans le contexte d'un débutant qui découvre le jazz  en école  ...

dans ce cas  faire une impro juste comme ça  , était l'horreur  ...

en même temps , tu voyais les gammes , cadences ,modes  etc....   et tu croisais  un bon en jazz  ( berklee )  ou prof de piano , qui te disait  , joue la mineure harmonique en X .

pas YT , les aebersold ne couraient pas les rues  etc..  donc tes grilles tu les faisaient à la basse pour remplacer le backing track ...  ( frustrant , mais  intéressant ) ....

donc je suis parti  de la gamme la plus simple , et de ses modes , la penta   , et ça couvrait complémentent les morceaux à une tonalité  ( et changements  pour d'autres) ...

 

aprés , oui , j'ai travaillé les cadences ,  joué tout ce que je pouvais sur un simple accord ,  sur 2  ,   et travaillé   les modes des gammes  ( toujours d'ailleurs ) 

 dans le mode , tu as l'accord , et donc l’arpège  ...   et j'ai emboîté  un maximum de choses  ...     aprés , tu écoutes les grands et tu tentes de t'inspirer , ou tu repiques quand tu peux .. pas si simple le langage  de certains , même si ça coule dans les oreilles ...

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 23 heures, AlexB6 a dit :

Ma citation est tronquée, j'ai bien précisé derrière "peu importe le point de départ dans la gamme" , ce qui veut dire que lorsque j'improvise, j'ai bien conscience d'être dans la gamme Majeure qui correspond à la tonalité de l'instant, mais que je ne m'amuse pas à monter et descendre la gamme en l'état ! :goute:
Je viens de faire un petit test sur un II-V-I en Fa Majeur, typiquement j'arpège la plupart du temps sur le degré III, en tout cas spontanément je retourne à cette position de jeu assez souvent, et essentiellement en descendant vers le degré III, soit 7->5->3 sur Fa Majeur.

rien de tronqué :D , j'ai parfaitement compris  ,     je pense gamme  majeure  également  , mais comme on a collé  des noms sur tous les degrés  ,  le V mixo , le II dorien  

on s'exprime  pour que tous parlent  la même langue  , même si djooh  à  raison de dire   que  ça reste normalement dans un contexte " modal "  ...   on devrait plus parler de renversements  ...

II  V i   restant   la cadence  utilisée avec les accords  d'une même gamme   pour la grille  ...  II  V I  mineur  aller plus chercher  une gamme mineure  , quand les altérations de certains accords  vous poussent  également pas là   ...

 

désolé pour les réponses croisées ,  :wink:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon le plus simple pour moi c'est de vous répondre en vidéo, je détaille quelques trucs que j'utilise fréquemment sur ce genre de cadence :

https://www.youtube.com/watch?v=RYVUGCFWx6o&feature=youtu.be

Pour moi, j'ai surtout le sentiment de n'utiliser que des schémas et des patterns issus des intervalles, je ne "conscientise" pas tout à l'instant t sinon le cerveau ne suit pas. D'ailleurs sur la vidéo pour expliquer en même temps que je joue c'est compliqué, la majorité du temps mon cerveau et mes doigts jouent et je me questionne à postériori si on me demande des explications.

J'ai juste oublié de dire un truc : quand j'aborde vite fait la substitution tritonique du II, j'oublie de préciser que je joue une gamme diminuée ton/demi-ton.

Edited by AlexB6
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Jazz86 a dit :

Pourquoi ne pas parler de modes dans un contexte tonal ? C'est pas plus simple ?

Tu peux parler de modes dans un contexte tonal, comme par exemple un accord 7(9#) isolé, tu lui attribue un mode parce qu'il est isolé mais dans un II-V-I on parle pas de mode, c'est peut-être plus simple pour toi mais c'est "faux".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Alex. Je vais regarder en detail tes licks avec mon instrument tranquillement ce soir 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/04/2019 à 10:27, Mmarc a dit :

D'où ma question : existe t il une méthode, un site internet, etc qui décortique les standards de jazz et permettent d'en déduire (en expliquant comment) les gammes sur lesquelels jouer selon les parties du morceau en question ?

Tu as une partie de la réponse dans ta question. Il faut passer par une analyse/étude des grilles.

Pour ça, les moteurs de recherche sont tes amis !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Merci à vous pour vos contributions. Je n'interviens pas, mais suis chaque évolution de ce fil de discussion avec grand intérêt.

Duween : j'ai usé les moteurs de recherche et écumé pas mal de sites avant de poster ce message. Donc s'il y a un site ou une méthode qui a échappé à ma vigilance et que tu aurais à recommander, et qui décortique" un grand nombre de standards,  je suis preneur. C'est le sens de ma demande. Je pensais que c'était une question que se posaient beaucoup de musiciens de jazz amateurs, quel que soit l'instrument considéré, et que je trouverais facilement de la littérature ou des sites dédiés sur le net. Mais peut être que je me trompe. Ou bien que cela s'apprend davantage en conservatoire avec des cours.

Pour le moment, j'utilise la méthode de Djooh et suis de l'avis de Pastaoune : Pas facile quand il y a beaucoup de changements d'accord, etc. A mon avis, les 2 approches se complètent (raisonner en gamme ou en accord triades etc), et quand tu atteins les limites avec l'une, tu as envie de découvrir l'autre également.

Sinon, comme Jazz86, je parle de modes sur un II V I. C'est peut être impropre, mais clairement ça m'aide à comprendre quoi jouer et quelles notes caractéristiques faire ressortir. En gros, quoi jouer sur les accords du II V I tout en étant dans une même position de la main, pensée en "gamme".

AlexB6 : j'ai vu ta vidéo. Trop rapide pour moi pour que je puisse comprendre et analyser  ce que tu joues, mais belle maitrise de l'instrument et ça sonne bien.

Bonne journée.

Marc.

Edited by Mmarc

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, Mmarc a dit :

Pour le moment, j'utilise la méthode de Djooh et suis de l'avis de Pastaoune : Pas facile quand il y a beaucoup de changements d'accord, etc. A mon avis, les 2 approches se complètent (raisonner en gamme ou en accord triades etc), et quand tu atteins les limites avec l'une, tu as envie de découvrir l'autre également.

 

Crois-tu que les mecs qui improvisent sur du be-bop à 280 bpm pensent à chaque changement d'accord la gamme qu'ils vont jouer ? Il est évident que non, c'est des milliers d'heure en amont à bosser, bosser et encore bosser à des tempos plus bas. Tout ça pour dire que la réflexion on l'a quand on débute, arrivé à un moment tu penses plus tellement c'est ancré dans le crâne et sous les doigts.

Le jazz ça reste des schémas, je me suis plus d'une fois surpris à ne pas regarder une grille que je ne connaissais pas et je tombais juste sans même savoir ce qui venait après, parce qu'à force de pratiquer des cadences à 60 bpm et bien repérer les intervalles, ça fini par tomber sous les doigts naturellement et t'y réfléchi plus, ça je n'y arrive pas en pensant gamme mais en pensant arpège, les gammes sont tout autour des arpèges t'as juste à te déplacer d'une ou deux cases quand tu cible une note d'un arpège.

Bon si c'était si simple ça se saurait je suis pas un musicien de jazz parce que j'y passe pas assez de temps, mais j'ai remarqué que c'était pas tant le tempo qui me posais le plus de problème en accompagnement mais la structure de la grille, Gainsbourg par exemple me pose des problèmes, ça vient pas naturellement sous les doigts, de l'analyse que j'en fait c'est simplement parce que Gainsbourg n'était pas un musicien de jazz et ses grilles sortent des codes de cette musique, y'a des suites bizarre et pourtant c'est terriblement chantant.

Dans le jazz moderne aussi on sort beaucoup des codes, enfin bon c'est une quête sans fin, j'admire les musiciens de haut vol qui improvisent comme moi je parle sans réflexion, juste du plaisir, mais faut toujours penser au boulot qu'il y a derrière, y'a pas de secret, ce qui te parait pas facile aujourd'hui te paraitra évident à force de travail.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'avais pas cliqué sur les liens de ton premier message mais toutes les réponses sont dedans... !? Ils indiquent quelles gammes utiliser après analyse de la grille... D'ailleurs mdeck a l'air intéressant.

Tu peux chercher, par exemple, "titre" chords study ou analysis. Sinon je ne connais pas de site qui regroupe l'étude de milliers de standards.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Djooh a dit :

Crois-tu que les mecs qui improvisent sur du be-bop à 280 bpm pensent à chaque changement d'accord la gamme qu'ils vont jouer ? Il est évident que non

Pas si sûr....

Share this post


Link to post
Share on other sites

bin ,  ce que j'ai pu apprendre , c'etait très bien  en théorie    ,  assez généraliste  ,   mais la pratique , effectivement c'est une autre histoire ...

et comme je le constate souvent , selon le musicien , le discourt n'est pas le même  ,  tu as la petite note  qui bouscule tout , la grosse serie de notes  ( il y a des concepts en impro , qui ne tiennent pas comptes de la grille etc.)  ... et tu finis par penser mineur , parce que ça te correspond ...   incorporer  les gammes symetriques  , c'est pas de la tarte,

tu joues sans arret sur  le consonant dissonant   ...  à moins d'être un trés bon , ou effectivement tombé dans la marmite comme certains  , ça va demander d'être digéré , en essayant  et en passant du temps dessus ...   ou tu as un bon bagage  , tu repiques , et tu analyses après  ( même si tu vas aller vers ce que te toi tu penses , et qui n'est pas la façon de penser du musicien )  ....

sur le net , tu vas trouver des choses , que se soit pour la basse ou d'autres instruments  ,  et en fonction de ta recherche  faudra trier   ( les  j'ai trois mois de basse et je vais vous apprendre les secrets du jazz , bob bof  )  ...

sinon tu tapes sur les bouquins d'harmonie 

  

   ou clef pour l'harmonie  de jo anger-weller   3eme edition revue  ( des coquilles dans les 2 autres )  elle décortique pas mal   les grilles ..

  ....

 

celui de mark levine est très bien , il aborde  les sujets importants , avec renforts  d'exemples de musiciens  , les concepts sont aussi abordées , 

de quoi se prendre le choux un moment :D ...  

 

@ djooh   , on parle donc bien de la même chose  :wink: ...  je travaille aussi pas mal  à partir de choses simples  triades et pas mal sur le cycle des quintes.

@ alex , bin il ne t'as pas que transmis  la substitution  le pére Di pia :ohyeah:

 

 

Edited by pastaoune

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Djooh a dit :

  Gainsbourg par exemple me pose des problèmes, ça vient pas naturellement sous les doigts, de l'analyse que j'en fait c'est simplement parce que Gainsbourg n'était pas un musicien de jazz et ses grilles sortent des codes de cette musique, y'a des suites bizarre et pourtant c'est terriblement chantant.

Ha bon, j’étais persuadé qu’il avait commencé sa carrière en tant que pianiste de jazz... d’ambiance ?? Souvent je m’amuse à ré harmoniser ses chansons et je trouve qu’il a une logique proche des structures du jazz ? Étonnant.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...