Jump to content

XTOFMARY

Membre actif
  • Content Count

    426
  • Joined

  • Last visited

About XTOFMARY

  • Rank
    Pro
  • Birthday 03/29/1960

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    sud de Paris
  • Interests
    les moteurs

Matos

  • Basses
    ARC - Sandberg Bullet custom - KRISM - Status S2
  • Amplis
    Little Mark 1 - TC RH450
  • Influences
    prog metal - funk - dance

Recent Profile Visitors

3315 profile views
  1. Oui, merci staxbassman. Le Hipshot a effectivement un encombrement plus compact que le Schaller 3D-5, il descend à 51 mm. Le string spacing étant similaire (16.6 mm réglable). On s'approche !
  2. Bonjour à tous ! Pour un nouveau projet de basse 5 cordes frettée, je suis à la recherche d'un chevalet écartement de 16 mm couleur noire. Celui qui correspond parfaitement à mes besoins est le chevalet EB12 de CORT que j'ai sur ma basse B5, avec encombrement réduit à 52 mm de large (pas de problème pour la hauteur ni pour l'épaisseur). Malheureusement je ne le trouve pas sur internet. Solutions palliatives que j'ai envisagées: Une solution alternative serait des pontets individuels, ça le ferait au niveau espacement, mais ils sont un peu plus encombrants (60 mm). Il y a aussi la solution du Schaller 3D-5, légèrement plus encombrant aussi (57 mm) mais il ne descend qu'à 16.6 mm. démonter et utiliser celui de ma basse CORT B5 Avez-vous quelque idée pour se procurer un EB12, ou équivalent ? Merci.
  3. Pour compléter, il y a en effet une différence entre mes 2 Ergodyne, la EDC700 et la EDA905. La 700 est une 4 cordes, manche trop fin pas stable et qui avait très peu de sustain, alors que la 905 elle en avait beaucoup plus. Alors que les matériaux des manches sont les mêmes, érable + touche en palissandre. Je pense que la rigidité du manche de la 5 cordes était supérieur à la 4 cordes, ce qui explique probablement la différence de rendement entre les 2 au niveau sustain.
  4. J'ai fait quelques essais ce matin avec mes basses en luthite et les autres. J'ai fait des essais basse non branchée. J'ai fait les constatations suiivantes, au niveau des médium et des aigus: Un corps en Frêne de marais résonne plus que le corps des basses en luthite, surtout sur les mediums qui sont accentués. Un corps en acajou (dense) et aussi très lourd (basse de 5 kg), a de l'aigu, mais peu de médium. Une touche en Ebonol est très amortissante par rapport à une touche palissandre. Le son a moins de sustain. Une touche érable renforce les aigus. En résumé, on doit pouvoir dire que la contribution acoustique au son est forte si le matériau du corps est peu dense et non-amortissant. S'il est dense, et amortissant, les aigus seront présents mais les médiums éteints. Le matériau de la touche participe aussi fortement à l'amortissement du son (donc son manque de sustain). Un basse comme ma Cort Curbow5 ou la 6 aussi, cumulent l'Ebonol et la luthite, ce qui laisse la part du lion à l'électronique dans la personnalité du son qui en sortira en amplifié. Si c'était voulu par les concepteurs de CORT, alors bravo, le résultat est là. Mes Ibanez Ergodyne sont intermédiaires avec le corps en luthite et la touche palissandre. Vos avis et commentaires sur la question ?
  5. La luthite ne m'a pas spécialement interpellé par sa densité, mais plutôt par sa neutralité de son. Autant je trouve très différent un frêne des marais d'un acajou, autant la luthite me parait sans saveur. Ce qui ne veut pas dire sans intérêt. Parfois, un son neutre est plus facile à gérer. D'une manière générale, il laisse à l'électronique et aux PU un rôle plus prépondérant encore dans le son de la basse. J'ai vérifié le poids de ma Cort Curbow5, une 5 cordes corps en luthite. Elle fait 3.45 kg. Cela confirme que la densité de la luthite n'est pas élevée.
  6. Pour info, mes 4 basses en luthite sont toujours nickel. Elles ont 20 ans.
  7. Celle du bas c'est quasi certain, sur le catalogue 2007 https://vdocuments.site/cort-2007-catalog.html on peut voir cette basse en version 5 cordes avec ce type de finition. Celle du haut, je ne sais pas.
  8. Le problème de reposer l'avant-bras serait aussi une façon pour moi de détendre l'épaule droite, pour justement écarter un peu le coude du corps (du bassiste, pas celui de la basse), et d'avoir en conséquence le poignet moins plié surtout si la basse est portée haute. On voit bien que sur la photo de John Entwistle que son coude (à la portière !) est distant de son corps, mais du coup, pour tenir cette position sans solliciter les muscles de l'épaule, le repos de l'avant bras est nécessaire, isn'it ? Concernant l'écartement, je suis descendu à 16mm sur ma 6 cordes Cort Curbow6 et aussi sur ma 5 cordes Cort B5. Je trouve cette distance idéale pour le jeu main droite classique. Pour la technique "Di Piazza", je trouve que 17 à 18 mm est idéal. Quant au slap, 18 à 19 mm me semble être le range optimum pour moi. L'avantage de 16 mm, est que les doigts main droite ne tombent plus entre les cordes, en particulier le pouce s'il est "suiveur", il se cale naturellement entre 2 cordes successives. Dit autrement, en 16 mm je ressens quasi plus le besoin d'avoir une rampe (même si une rampe est au final est toujours un plus, je ressens comme toi). Ceci pour le jeu main droite classique. Au final je comprends tout à fait ta philosophie 18mm + rampe ! Je ne connaissait pas ta "rampe slap", je suis très curieux de savoir à quoi ça ressemble (si tu peux nous dévoiler ça) ? Et merci encore pour tes réponses, je trouve tes remarques vraiment intéressantes.
  9. J'ai vu la vidéo. Bravo, tu maîtrises vraiment ! Je comprends mieux. En tous cas cette technique, je l’utilise moi aussi assez souvent même si au final, à 90% c'est de l'alternance pouce/index, mais le majeur et l'annulaire ont aussi leur rôle à jouer dans les 10% restants. Dans ces cas là de technique de jeu, effectivement, l'appui du coude est probablement loin d'être indispensable. La rampe (à la Gary Willis) est quant à elle un vrai plus, en particulier si l'écartement des cordes est grand (type 19 mm au chevalet). Mais sur ta Maruszczyk Elwood tu dois être plutôt sur du 17mm ?
  10. Merci AlexB6 pour ton avis. Je ne suis pas certain de bien comprendre ce que tu entends par binding sur le corps. Tu aurais un exemple via photo ? Si je comprends bien ta technique style Di Piazza ou Willis, tu aurais moins besoin d'un support pour l'avant-bras que ce que pourrait nécessiter une technique plus traditionnelle ?
  11. Alors, les techniques, c'est du contournement. L'arthrose vit sa vie, se développe à son rythme, les techniques ne résolvent en rien le problème de l'arthrose, par contre, elles permettent de jouer quand même. Pour mon cas, je n'ai jamais eu tous les doigts impactés par des poussées d'arthrose en même temps. Souvent 1, maximum 2 doigts me faisaient mal simultanément. Du coup, en main droite, au lieu de jouer index/majeur/annulaire (j'ai démarré à 2 puis rapidement passé à 3 doigts), je suis revenu à 2 doigts index/majeur, ensuite toujours à 2 doigts index/annulaire (cette technique là a des gros avantages, je peux y revenir), puis toujours 2 doigts mais avec le pouce, soit pouce/index, ou pouce/majeur, ou pouce/annulaire. Il m'est arrivé de jouer à un seul doigt main droite, mais quand c'était trop pénible, je ressortais le médiator ! Cela dit, le médiator bien utilisé, c'est top. J'avais discuté avec Anthony Jackson qui m'avait dit l'utiliser régulièrement. Maintenant, j'utilise toutes les techniques de doigts en complément les unes des autres, dans la mesure du possible. Côté main gauche, c'est plus difficile. Il y a toujours au minimum 1 sur les 4 doigts qui ne me fait pas mal. Je l'utilise en faisant beaucoup de déplacements longitudinaux, et en simplifiant mes lignes de basse, quand on peut. Certes tout ça a des limites, mais disons, dans 80 % des cas en musique rock/hard/métal que je pratique, je m'en sors. Sinon, au pire, j'ai arrêté la basse et fait de la batterie, et du chant. J'ai adoré aussi, même si je n'ai jamais eu un niveau tel que je pouvais jouer en groupe, mais ça m'a permis de mieux comprendre le rôle de la batterie (essentiel pour bien jouer de la basse) et voir que le chant, c'est quand même pas simple !!!
  12. Perso j'ai de l'arthrose aux articulations des doigts des 2 mains depuis 30 ans. Il y a des périodes où je ne peux plus jouer (plusieurs années) et d'autres où ça va mieux comme en ce moment et du coup j'en profite à fond. Un vrai bonheur de voir son handicap s'éloigner (avant qu'il ne revienne...) !!! Du coup, j'ai développé plein de techniques spéciales pour contenir le problème.
  13. Merci Storky, c'est clair, je suis comme toi, je porte ma basse en position plutôt haute, sans exagérer pour autant. Pour mes basses custom, je les ai d'ailleurs conçues pour être dans un ressentit similaire en position assise et debout. Ça faisait partie de mon cahier des charges. Du coup, comme Trujillo j'oublie, et comme Morello, c'est un chouille too much. Ce qui guide finalement la hauteur de ma basse, c'est l'angle de pliure du poignet. Basse trop basse = doigts trop parallèles au plan des cordes, basse trop haute, le poignet est trop cassé. J'ai fait des simulations chez moi avec repose coude, je trouve que ça décontracte bien la main et les doigts. Je pense que ma prochaine basse va intégrer cette caractéristique, je le sens bien. Pour ceux qui ont d'autres avis, n'hésitez pas à rebondir sur ce sujet !
  14. Merci Storky pour ces renseignements. Je retiens donc plutôt un meilleur confort. Pas d'effets secondaires (c'est le terme du moment...) ? Du coup ta Gibson Firebird était une guitare, pas une basse ?
×
×
  • Create New...