Jump to content

Deous

Membre
  • Posts

    399
  • Joined

  • Last visited

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Versailles

Matos

  • Basses
    Musicman Stingray 4 HH, Sandberg PM4, Fender Jazzbass
  • Amplis
    GK RB700II 15, Omni 10.5
  • Effets
    Sansamp BDDI et VT, EBS Multicomp, Fulltone Bassdrive, Korg Pitchblack

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

Deous's Achievements

Rising Star

Rising Star (9/14)

  • Reacting Well Rare
  • Dedicated Rare
  • First Post
  • Collaborator
  • Conversation Starter

Recent Badges

  1. Balance au milieu le montage correspond à un double bobinage. Donc pas besoin de tests complémentaires à mon sens. La solution est déjà vérifiée: des micros doubles ou noiseless feront au moins aussi bien dans les autres positions.
  2. Le choix de la carte son dépendra déjà de ce que tu veux enregistrer et comment. (nombre de pistes à enregistrer en simultané?) Pour le micro déjà tu parles de micros Shure et Lewitt. C'est deux technologies différentes avec des caractéristiques sonores bien différentes : dynamique ou condensateur. En fonction des réponses à mon message précédent on pourra t'aiguiller. Mais déjà on peut noter que le SM7 comme le LCT440 sont des bons micros (attention SM7 et SM57 sont deux micros différents). Sinon de manière générale dans un contexte "studio" un micro à condensateur large membrane (avec un pad pour supporter les sources fortes) c'est un peu la base parce que ça permet d'enregistrer absolument tout grâce à sa grande sensibilité et sa large bande passante. Et puis c'est très complémentaire avec les micros dynamiques qu'on trouve partout (SM58 ou 57 par exemple). Ensuite les préamplis. A mon avis ce choix vient en second lieu après le micro. Et généralement il y en a intégrés sur les cartes sons qui peuvent suffire.
  3. Hello Pour donner des éléments de réponse qui répondent un peu à tes besoins il faut que tu nous donnes un peu plus d'information sur le contexte et tes attentes. Par exemple : Quel est l'objectif des enregistrements? Quel va être son niveau de diffusion? (Qui va écouter) Quel est le contexte des enregistrements? (Lieu des prises, particularite du chanteur et des musiciens, autres instruments, ...) Quel est le matériel dont tu disposes déjà actuellement? L'autre chose pour bien comprendre le besoin et d'avoir des références communes pour bien interpréter tes explications et ne pas proposer de gros hors sujet. Est-ce que tu peux nous faire écouter un de vos enregistrement actuel? Cela permettrait de juger de la marge d'amélioration ou pas et donc Ensuite il y aura une question d'esthétique sonore également dans le choix du matériel: en plus de l'enregistrement ci-dessus est ce que tu peux nous donner une référence d'un groupe dont le son te plait et vers lequel tu voudrais globalement tendre?
  4. En général c'est le cas. Mais quelques fois ce n'est pas possible car le courant consommé par le préamp est trop important pour une alimentation fantôme; ça peut être le cas par exemple lorsqu'il y a des tubes électroniques. Par ailleurs si c'est des appareils destinés à des musiciens ce n'est pas forcément très pratique puisque de toute façon il faudra trouver une autre solution pour alimenter les autres pédales ou lorsque le contexter est autre que scène & studio (répétition, salon, etc.).
  5. Merci pour le partage. (Tu ne mets pas de micro bottom sur ta claire? Je trouve ça vraiment utile)
  6. Et elle est pas transparente du tout la compression sur ton lien. Si tu cherches du transparent tu vas être déçu parce que tu ne vas pas entendre de réelle différence
  7. Je pense effectivement que la compression est un élément clé du son que tu as posté. La compression parallèle même (on mélange un son très compressé pour bien remonter les éléments moins forts avec un son direct pour préserver les attaques). Pas sûr que les modèles cités répondent bien à la situation. Je regarderai du côté des compresseurs rapides (type Fet ou VCA) avec un réglage de blend (wet/Dry) ou sinon utiliser une autre pédale pour faire le mélange (Ls2 par exemple). Mais bon le vrai secret est avant tout dans les doigts comme souvent. Malheureusement je ne pourrais pas te conseiller sur ce point vu mon incompétence en slap. Sinon difficile d'en dire plus et ne pas se perdre en détails pas forcément ciblés sans t'avoir entendu.
  8. Et sinon en l'etat avant d'égaliser commencer par travailler un placement correct.
  9. En fait je ne vois pas trop ce qu'il y a de si "particulier". C'est une chorale quoi. Déjà comme déjà dit par quasi tout le monde c'est effectivement vraiment pas la bonne méthode de mettre des micros à tout le monde sans réfléchir. Ça ne peut rien donner de beau. D'ailleurs ça se confirme sur la vidéo (avi perso mais crois moi il y a facilement possibilité d'avoir un résultat beaucoup plus musical). La première chose à faire c'est de se poser la question de ce qu'on veut capter (en l'occurrence un ensemble comprenant une chorale et des instruments). Ensuite on travaille à la source cet ensemble : le placement des musiciens, celui des chanteurs, l'équilibre sonore entre tout ça, que chaque musicien entende bien ce dont il a besoin, la répartition sur la scene, l'équilibre gauche droite, etc. Qu'il y ait déjà un équilibre. Parce que si à la base le son n'est pas bon ou équilibré c'est pas les micros ni les égalisations qui vont faire de la magie. C'est la base : les musiciens font de la musique, les micros les captent. A partir de là on va mettre en place un système de captation pour cette ensemble (en général un ou deux couples de micros). Et enfin si il y a besoin d'avoir une définition sonore particulière pour un élément de cet ensemble on pourra ajouter un ou des micros d'appoint pour ces éléments (exemple: voix principale). Mais : - chaque micros va capter son chanteur mais aussi ceux d'à côté; et ces sons en se mélangeant entre eux au travers des différents micros vont provoquer des déformation des sons : c'est la principe de la diaphonie (ou repisse) avec les problèmes de phase qui en resultent. Une nouvelle fois : plus tu mets de micros plus tu degrades le son. - plus on rapproche un micro de sa source sonore plus on deforme le signal. En particulier en raison de l'effet de proximité qui augmente le grave mais aussi parce que le son n'a pas le temps de se développer et enfin parce qu'on ne capte plus l'ensemblede la source sonore mais juste la partie qui est pointée par le micro. - plus on rajoute de micros plus on complique le travail de mixage et plus on risque de détruire l'equilibre naturel que vont trouver les musiciens entre eux.
  10. C'est vrai que la Pb au médiator ça marche vraiment bien pour le style. J'adore vraiment ma Stingray mais j'ai rapidement constaté que la Sandberg se mariait mieux avec les sons des guitaristes.
  11. Sinon c'est vrai que pour le style je me suis un peu donné comme "règle" de jouer au médiator mais il y a des exceptions selon les morceaux (comme sur le premier titre : On my own again).
  12. Sinon derrière j'utilise un clone de preamp MM 2EQ en pédale puis un sansamp VTbass et enfin je passe dans un Sidekick (conçu et fabriqué par Cylens d'ici) qui me permet saturer les mediums/aiguës avec un clone de tube Screamer sans bouffer les graves.
  13. Haha alors on vous la fait pas; vous avez l'oreille! C'est presque ça. L'idée est la en tout cas. Dans le détail c'est une Sandberg PM4 avec un manche érable. Mais je ne la joue que sur le micro P en mode passif dans ce groupe. Et j'ai remplacé aussi le micro gros plots d'origine par un Fender issu d'une AV 57. Le seul truc par rapport à une précision pure et dure c'est que le micro Split est en position inversée.
×
×
  • Create New...